Rwanda : le journaliste Dieudonné Niyonsenga dénonce les conditions inhumaines de sa détention

Ce mercredi 10 janvier 2024, le journaliste rwandais Dieudonné Niyonsenga, alias Cyuma Hassan Dieudonné comparaissait dans le cadre de la révision de son procès à l’issue duquel, il avait été condamné en appel à 7 ans de prison ; une condamnation que Reporters Sans Frontières avait dénoncé comme étant « lourde, arbitraire et aberrante. »

 

Face au juge, Cyuma Hassan Dieudonné est apparu affaibli et amaigri et a dénoncé les tortures dont il fait l’objet en détention d’après la BBC qui rapporte la nouvelle.

 

Au bord des larmes à l’audience, il a affirmé être détenu depuis près 3 ans  à l’isolement dans un trou humide, surveillé par des militaires et battu presque quotidiennement et a affirmé être en train de perdre la vue et l’ouïe en raison des coups reçus.

 

La Voix de l’Amérique rapporte que des blessures étaient visibles sur son visage et ces blessures ont été montrées au juge.

 

En marge de l’audience, son père a fait part de ses vives préoccupations à la voix de l’Amérique, disant craindre pour la vie de son fils « ils vont tuer mon fils à coups de bâtons. »

 

Selon les avocats du journaliste, dans les conditions actuelles , il n’est pas possible pour leur client d’obtenir justice et l’affaire a été reportée au 6 février 2024.

 

Cyuma Hassan Dieudonné, l’un des journalistes-phares du Rwanda dont la chaîne Youtube cumulait à l’époque près de 15 000 000 de vues, avait été arrêté une première fois le 15 avril 2020 pour « non respect des directives de confinement liées au COVID-19».

 

Son arrestation était intervenue dans le cadre d’une vague d’arrestations touchant les journalistes ayant révélé toute une série d’abus commis par les autorités rwandaises en plein confinement.

 

Moins de deux semaines avant son arrestation, Cyuma Hassan Dieudonné avait ainsi publié sur sa chaîne Youtube des témoignages d’habitants du quartier « Bannyahe », un quartier dont la ville de Kigali essayait depuis plusieurs années d’expulser les habitants , les uns affirmant avoir été tabassés, les autres torturés. Plusieurs femmes avaient également déclaré avoir été violées par des militaires rwandais en plein confinement.

 

 

Dans un premier temps, les autorités rwandaises avaient nié les faits. Marie-Goretti Umutesi, la porte-parole de la police au niveau de Kigali avait ainsi appelé à « traquer » « ceux qui disent de telles choses ». Mais très rapidement, suite au scandale suscité suite à la diffusion des reportages de Cyuma Hassan Dieudonné, l’armée rwandaise avait reconnu les faits qu’elle avait aussitôt attribué à « quelques militaires indisciplinés.» Dans la foulée, l’armée avait annoncé un procès public des militaires concernés, qui ne s’est, à ce jour, jamais tenu, et les militaires impliqués ont entretemps été relâchés.

 

C’est dans ce contexte que Cyuma Hassan Dieudonné avait été arrêté pour « non respect des mesures de confinement » avant d’être maintenu en détention pour « falsification de documents », « exercice illégal de la profession de journaliste » et « entrave à des travaux publics.»

 

Le 11 mars 2021, après près d’un an de détention préventive, le journaliste avait finalement été acquitté de toutes les charges pesant contre lui, le juge de première instance estimant qu’aucune accusation portée contre lui n’était fondée, avant d’ordonner sa libération sur-le-champ.

 

Pour le Comité de protection des journalistes« Bien que c’est une bonne nouvelle que Dieudonné Niyonsenga et Fidèle Komezusenge (son chauffeur) ont été acquittés et libérés au Rwanda, ils n’auraient jamais dû être arrêtés, et c’est une grave injustice que les tribunaux aient maintenu des accusations sans fondements contre eux durant presque un an ».

 

Après sa libération, Cyuma Hassan Dieudonné avait repris son travail, se croyant à l’abri d’un retour en prison malgré que le parquet avait entre-temps fait appel de son acquittement.

 

Condamnation « lourde, arbitraire et aberrante » en appel

 

Le 11 novembre 2021, près de 9 mois après son acquittement en première instance, Cyuma Hassan Dieudonné avait été reconnu coupable de toutes les charges pour lesquelles il avait été acquitté, auxquelles s’était ajoutée l’accusation d’avoir « humilié des officiels de l’Etat», une accusation qui n’était pourtant plus sanctionnée en droit rwandais depuis 2019. La Cour d’appel l’avait alors condamné à 7 ans de prison ferme et ordonné son arrestation immédiate.

 

Reporters Sans Frontières s’était insurgée de cette condamnation que l’association qualifiait de « lourde, arbitraire et aberrante » et avait en vain appelé les autorités rwandaises à « cesser leur chasse aux journalistes qui exercent en ligne. » Pour l’association, les charges retenues officiellement contre Cyuma ne servaient qu’à masquer ce qu’on lui reproche réellement à savoir « ses enquêtes, ses reportages et la ligne critique de son média. »

 

Depuis lors Cyuma est en détention et a demandé la révision de son procès. C’est dans ce cadre qu’il comparaissait ce 10 janvier 2024 devant la Cour d’appel où il est apparu affaibli, amaigri présentant des blessures au visage avant de dénoncer des conditions inhumaines de sa détention.

 

L’affaire a été reportée au 6 février 2024.

 

Ruhumuza Mbonyumutwa

 

Source : jambonews.net

 

 

Vous pourriez être intéressé(e)

Colette Braeckman emportée par le Tsunami de  »Rwanda Classified »: fin de carrière en queue de poisson?
A la Une
0 partages310 vues
A la Une
0 partages310 vues

Colette Braeckman emportée par le Tsunami de  »Rwanda Classified »: fin de carrière en queue de poisson?

Ariane Mukundente - 10 juin 2024

"Rwanda Classified" fait toujours rage dans les médias rwandais. Ça saigne dans sur le réseau “X”. Le Rwanda qui avait dit qu’il ne s’abaisserait pas à répliquer…

Enquête “Rwanda Classified”. Contre-attaque des lobbies de Paul Kagame en Europe
A la Une
0 partages672 vues
A la Une
0 partages672 vues

Enquête “Rwanda Classified”. Contre-attaque des lobbies de Paul Kagame en Europe

Emmanuel Neretse - 7 juin 2024

Pour rappel, l'on se souvient qu'en date du 28 mai 2024, 50 journalistes, venant de 17 pays, sous la bannière de Forbidden Stories, ont publié une enquête,…

« Rwanda classified » : la réponse de Kagame
A la Une
0 partages567 vues
A la Une
0 partages567 vues

« Rwanda classified » : la réponse de Kagame

Patrick Mbeko - 7 juin 2024

Le documentaire « Rwanda classified » du consortium «Forbidden Stories» continue de faire réagir. Le magazine «Jeune Afrique», relai médiatique du Front patriotique rwandais (FPR), le parti…

Les plus populaires de cette catégorie