Burundi, RDC, Rwanda. Le torchon brûle. Au menu : M23 et Red Tabara. Kagame menace Bujumbura et Kinshasa

Kigali. « Je n’ai pas besoin de demander l’autorisation à qui que ce soit quand il s’agit de défendre le Rwanda. (…) Ceux qui ont parlé vont le regretter d’une manière ou d’une autre… » Paul Kagame réagissait ainsi mardi 23 janvier 2024 aux propos de ses deux homologues et voisins sur son appui aux rébellions contre le Burundi et la RDC.

 

Dimanche 21 janvier 2024 en marge de l’investiture du président Tshisekedi, le président Ndayishimiye, champion de l’Union africaine pour l’agenda Jeunesse, Paix et Sécurité a eu à répondre sur la non-participation des jeunes rwandais aux rencontres régionales en lançant un appel à leur direction pour une participation inclusive. Ce qui a énervé Kigali. Cela a suffi pour allumer la tension. Une occasion pour le président Paul Kagame de menacer ses deux voisins.

 

Le 11janvier 2024, le Burundi a fermé ses frontières terrestres avec le Rwanda. Ce, après la réouverture qui n’a duré qu’une année. Motif avancé : mauvais voisinage de Paul Kagame. En effet, Bujumbura accuse Kigali d’héberger sur son sol et de soutenir tous les ennemis du Burundi.

 

La goutte d’eau, c’est le massacre d’une vingtaine de personnes à Gatumba attribué aux rebelles de RED TABARA. Selon le ministre Martin Niteretse, les relations reprendront avec le Rwanda lorsque Paul Kagame sera revenu à de meilleurs sentiments. Le Burundi a expulsé dans la foulée une quarantaine de sans-papiers, ressortissants rwandais sur le sol burundais.

 

Kigali est passé maître dans la déstabilisation de la région des Grands Lacs. Il le fait ouvertement dans le Nord-Kivu (Masisi et Rutshuru) et dans le Sud-Kivu (Kabare et Minembwe). La présence des éléments de la RDF est aussi signalée à Kabare, près de la frontière Rwanda-RDC. Cet appui du Rwanda permet aux rebelles burundais de RED TABARA de mener des descentes punitives en commune de Bugarama (Burundi).

 

Pour rappel, RED TABARA est l’une de deux ailes de la rébellion contre le régime de Bujumbura issues de la scission de la FODEBU.  En RDC, RED TABARA travaille avec les groupes armés Gumino et Twirwaneho (plateaux de Minembwe).

 

Déstabiliser la région avec le soutien de grandes puissances

 

Le gouvernement congolais dénonce, preuves à l’appui, la participation des RDF aux combats aux côtés des rebelles du M 23 sur le sol congolais. Sans être entendu. Kigali continue de nier.

 

A la première quinzaine de janvier 2024, les sources fiables ont fait état de la mort des officiers de la RDF lors des bombardements par les FARDC des positions ennemies à Kitchanga. De même, le dernier rapport des experts des Nations-unies, publié le 3 janvier 2024, donne des preuves accablantes d’« d’interventions directes et de renforts de troupes assurés par les Forces de défense du Rwanda (RDF) » dans les territoires de Masisi, Rutshuru et Nyiaragongo. Des zones de l’est de la RDC où des soldats rwandais « provenant de cinq bataillons différents ont été déployés depuis le début du mois d’octobre 2023 ».

 

Les dieux rendent arrogant celui dont ils veulent la perte, disaient les Grecs, et que le rêve de conquête finit à conduire au précipice. Paul Kagame jouit encore du soutien de ceux qui ont permis qu’il y ait génocide au Rwanda. Il se complaît à déstabiliser ses voisins, envoyant ses sbires partout pour faire le job en RDC. Il a le soutien de grandes puissances occidentales. Ce qui lui vaut l’autorisation d’envahir le Congo, le permis de déstabiliser la RDC et le Burundi, voire la Tanzanie. Ses parrains occidentaux prennent acte. Sans prendre en compte les souffrances des populations congolaises et burundaises à cheval et jouissant des liens culturels et linguistiques avec celles du Rwanda.

 

Ici, on applique la théorie du mort au kilomètre faisant que les morts congolaises et/ou burundaises ne sont considérées que comme des dommages collatéraux de l’intervention de la RDF.

 

Un jour, l’expansionnisme de Paul Kagame, démarrée avec force et arrogance, connaîtra sa fin au regard des dérapages et puis un enlisement pour de bon. Qui dit mieux !

 

Justin Honlay

 

Source : lescoulissesrdc.info

 

 

 

Vous pourriez être intéressé(e)

FPR Inkotanyi : 1994-2024, trente ans au pouvoir. Quel bilan ?
A la Une
0 partages746 vues
A la Une
0 partages746 vues

FPR Inkotanyi : 1994-2024, trente ans au pouvoir. Quel bilan ?

Vestine Mukanoheri - 11 avril 2024

Il y a trois décennies, le FPR INKOTANYI a conquis le pouvoir par des armes au Rwanda, à l’issue d’une violence indescriptible et un chaos sans précédent,…

Rwanda. 30ème commémoration du «Génocide»: La Vérité sacrifiée sur l’autel du mensonge!
A la Une
0 partages212 vues
A la Une
0 partages212 vues

Rwanda. 30ème commémoration du «Génocide»: La Vérité sacrifiée sur l’autel du mensonge!

Tharcisse Semana et Amiel Nkuliza - 11 avril 2024

Nous sommes le 6 avril 2024. Cela fait déjà 30 ans, jour après jour, que le Front patriotique rwandais (FPR), au pouvoir depuis 1994, se dit «sauveur…

Rwanda. Kwibuka30. Le président Macron a-t-il fait un dérapage?
A la Une
0 partages542 vues
A la Une
0 partages542 vues

Rwanda. Kwibuka30. Le président Macron a-t-il fait un dérapage?

Echos d'Afrique - 9 avril 2024

La presse française a publié des déclarations du président Emmanuel Macron comme quoi  « La France aurait pu arrêter le génocide avec ses alliés occidentaux et africains…

Les plus populaires de cette catégorie