Vient de paraître : « Face aux coups de l’adversité. Une autobiographie », un livre du prof. Dr Stanislas Bucyalimwe Mararo

Stanislas Bucyalimwe Mararo alias Mbarimo Mbazi (Bilingos pour les intimes) : l’homme, un destin. De Kibabi à Anvers, en passant par Rugari, Buhimba, Murhesa, Kinshasa, Lubumbashi, Bukavu, Buffalo, Bloomington, Bukavu, New Haven, Bukavu, Uvira/Kalundu, Kigoma, Mwanza, Nairobi, Palerme, Rome, Bruxelles et Kapellen (camp pour réfugiés), ce livre-récit retrace l’itinéraire d’un fils de dignes et analphabètes paysans. De celui qu’on surnommait « kibweta ya akili » (la boîte d’intelligence) à Mululu/Kibabi (1956-1962) au miraculé de l’hécatombe du Kivu (1996/1997), œuvre des « mercenaires de l’horreur qui ont pour nom les extrémistes Tutsi rwandais » (Charles Onana, 2009 ; CIM, mars 1997 ; CEREBA, octobre 2005), « monstres à visage humain », se dessine le profil d’un septuagénaire aux rebondissements toujours surprenants. N’ayant pas eu de coach ni de parapluie, il a avancé par essai-erreur. Formé très tôt dans la sagesse bantu, l’esprit de la compétition et la culture de l’excellence, il a aussi fait bon usage de la discipline qu’il a apprise au Séminaire et dans l’Armée. Ce sont ces atouts qui lui ont permis de traverser, sans dégâts majeurs, les multiples obstacles et tempêtes qui se sont dressés sur son chemin. Mais, il a compris que, dans la vie, il arrive des moments où il faut accepter certaines formes d’humiliations, de frustrations pour sauver l’essentiel. Il s’y est appliqué et jusqu’ici cette stratégie a été payante. Longtemps cible de ces « tueurs » hima-tutsi  qui n’ont aucune leçon à donner au sujet du vivre ensemble, il a survécu grâce à Dieu qui lui prédestinait une mission, celle d’être témoin, éclaireur et éveilleur des consciences ou d’être « la sentinelle de la vigilance morale ». C’est cette mission qu’il a toujours essayé d’accomplir modestement. C’est pourquoi, il n’a pas peur de dire tout haut qu’il est l’antipode des « intellectuels serviles de Kinshasa » (Anicet Mobé, 2016) ou les esclaves du ventre (« abahinduriye ubwonko/ubwenge mu gifu ») qui ont vendu leurs âmes au régime prédateur et génocidaire actuel que d’aucuns qualifient, à juste titre, de régime d’occupation.

Pour commander ce livre, envoyer un message à info@editions-scribe.com

Editions Scribe

 

Vous pourriez être intéressé(e)

Kagame-Tshisekedi: mortelle poignée de main
A la Une
0 partages14 vues
A la Une
0 partages14 vues

Kagame-Tshisekedi: mortelle poignée de main

Sylvestre Nsengiyumva - 11 décembre 2019

Il est de ces images qui se passent de commentaires, mais qui inspirent de la littérature.C elle qui fait le buzz en ce moment est de celles-là.…

Les petites « erreurs » des dirigeants et des services de renseignements occidentaux sur le Rwanda
A la Une
0 partages330 vues
A la Une
0 partages330 vues

Les petites « erreurs » des dirigeants et des services de renseignements occidentaux sur le Rwanda

Charles Onana - 9 décembre 2019

Les services de renseignement civils ou militaires occidentaux - à quelques différences près- ont, dès 1994, concédé au régime FPR ce qu'ils n'ont jamais concédé à beaucoup…

Les paradoxes culturels : virginité et défloration rituelle en Afrique
A la Une
0 partages121 vues
A la Une
0 partages121 vues

Les paradoxes culturels : virginité et défloration rituelle en Afrique

Gaspard Musabyimana - 5 décembre 2019

Dans bon nombre de pays africains, avant le mariage et sa consommation, il y avait des préalables à accomplir selon la coutume. L’un d’eux consistait, du côté…

Les plus populaires de cette catégorie