Rwanda : le gouvernement expose sa population aux risques du corna virus

Depuis le lundi 16 mars 2020, la ville de Kigali a repris l’opération de démolition de maisons dans les quartiers pauvres de la capitale pour laisser la place à de riches promoteurs immobiliers. Les propriétaires sont obligés de démolir leurs maisons sous la supervision des autorités locales, de la police et du célèbre DASSO (service de sécurité de l’administration du district). Les autorités locales embauchent des démolisseurs lorsque les propriétaires osent résister.

 

Les victimes en appellent à toute personne qui peut plaider en leur nom. Elles dénoncent le processus qui a abouti à la destruction de leurs maisons et accusent les autorités de « les vendre aux riches », violant les lois du pays, y compris la Constitution (article 34) qui stipule que la propriété privée, qu’elle soit la propriété individuelle ou collective, est inviolable. Le droit de propriété ne doit pas être empiété sauf dans l’intérêt public et conformément aux dispositions de la loi. Il doit y avoir une compensation appropriée.

 

Or, les autorités ordonnent la destruction de ces maisons sans compensation appropriée. Selon les dires de la population, elles ont procédé à une évaluation arbitraire des propriétés il y a trois ans, et n’ont jamais payé les frais d’indemnisation arrêtés. Les propriétaires sont sommés de déguerpir contre 90 000 francs rwandais (94 $ US ou 80 £ UK), supposés être un loyer de trois mois en attendant que des maisons soient trouvées pour les victimes. Cette somme est illusoire car elle ne suffit même pas pour un loyer d’un mois : la demande étant de loin supérieure à l’offre, les prix de location ont flambé.

 

Par ces destructions sauvages, des familles entières sont jetées dans la rue, en cette période de fortes pluies au Rwanda et où tout le monde doit prendre des mesures restrictives pour se protéger contre la pandémie de coronavirus.

 

De même, les enfants de ces familles sans abri ne peuvent pas aller à l’école et courent un risque très important de tomber malade à cause des conditions de vie.

 

Dans la vidéo ci-dessous, on entend une dame crier en disant qu’elle a 5 enfants, que le mari l’a abandonnée et qu’elle est revenue de la République démocratique du Congo en tant que réfugiée tutsie sans aucun parent au Rwanda. Elle n’a pas d’autre endroit où aller sauf retourner en RDC.

Des informations plausibles font état des arrestations de personnes qui ont osé dénoncer cette barbarie auprès des journalistes. Elles sont susceptibles d’être inculpées en vertu des articles de la Constitution qui condamnent la diffusion de fausses informations ou propagande susceptible de provoquer une opinion hostile au gouvernement (art. 194) ; de provoquer des soulèvements ou des troubles au sein de la population (art 204) ou d’entraîner des manifestations illégales (art 225).

 

Il est utile de souligner que par ces agissements, le gouvernement expose ces familles au risque de virus corona Covid-19 et aurait dû retarder cette opération qui ne requiert aucune urgence. En effet, il est cynique, voire criminel que le gouvernement rwandais puisse envoyer des familles entières errer tout en donnant des directives de confinement à cause du corona virus.

 

L’on ne le dira jamais assez mais le gouvernement rwandais vient encore de dévoiler son vrai visage. Il a érigé l’injustice en mode de gouvernement et affiche le mépris total à l’État de droit et une inhumanité envers les plus vulnérables que sont les enfants, les mères allaitantes, les personnes âgées.

 

Dans des interviews diffusées par des chaînes de TV en ligne, la population précise que les promoteurs immobiliers qui ont acheté le terrain sont représentés par un certain Karera Dennis, ancien directeur de la police nationale, grand frère du ministre de la Justice Johnston Busingye et homme de main du président Kagame.


A LIRE AUSSI : Kigali reprend l’impitoyable destruction des habitations malgré le Covid-19


De fait, au lieu d’avoir de la compassion pour ces pauvres qui n’ont plus de logis, le président Kagame a donné une réponse qui laisse plus d’un pantois. Il a dit : « En fait ailleurs, ils apportent des machines à chenilles, «tinga tinga», des  bulldozers, ils soulèvent la maison et ses occupants et ils jettent le tout quelque part ». De là à lier cela aux dires des habitants lésés que la démolition vise également à tracer une route destinée à désengorger l’école privée Green Hills de la première dame, il n’y a qu’un pas.

 

Il n’est tard pas pour le gouvernement rwandais de se ressaisir et de réparer le plus tôt possible les torts causés à ces personnes qu’il il a réduites au statut de sans-abris, sans parler de risques sanitaires auxquels il les expose.

 

Gaspard Musabyimana

 

 

 

Vous pourriez être intéressé(e)

Vient de paraître :  « Rwanda Violences et alternance démocratique »
A la Une
0 partages425 vues
A la Une
0 partages425 vues

Vient de paraître : « Rwanda Violences et alternance démocratique »

Echos d'Afrique - 2 juillet 2020

L’histoire politique du Rwanda est jalonnée de violences dont les répercussions ne cessent de se montrer au grand jour. Qu’il suffise de penser à la destitution de…

Rwanda : la liste des hautes personnalités les plus corrompues enfin dévoilée
A la Une
0 partages9871 vues
A la Une
0 partages9871 vues

Rwanda : la liste des hautes personnalités les plus corrompues enfin dévoilée

Jane Mugeni - 30 juin 2020

Le 26 juin 2020, le président Kagame a présidé une réunion des hauts cadres du Front Patriotique Rwandais (FPR, parti au pouvoir). Il a publiquement fustigé des…

Vient de paraître : « Le statisme définitionnel  du génocide », un livre de Pierre-Claver Mupendana
A la Une
0 partages262 vues
A la Une
0 partages262 vues

Vient de paraître : « Le statisme définitionnel du génocide », un livre de Pierre-Claver Mupendana

Gaspard Musabyimana - 22 juin 2020

La définition du génocide, qui a été tant appliquée dans de longues procédures devant les juges des Tribunaux militaires de Nuremberg et de Tokyo, du Tribunal Pénal…

Les plus populaires de cette catégorie