Padre Nahimana, ou l’éloge de la médiocrité de nos élites

Un billet
d’humeur de
Sylvestre
Nsengiyumva

La rumeur saugrenue de la mort de Paul Kagame a pris naissance dans la cervelle en délire d’un prêtre rwandais « défroqué » et atypique, dont l’ambition démesurée et mal placée le dispute avec une hallucinante folie des grandeurs, par ailleurs fièrement assumée !

 

Depuis début avril dernier, ce businessman de la politique spectacle (mitingiste) et du mysticisme débilitant, a déjà réalisé sur ce sujet pas moins de 60 vidéos, qu’il met quasi-quotidiennement en ligne sur une chaîne YouTube dédiée, montée opportunément par ses soins!

 

Et puis, bingo !

 

À la surprise générale, la bien nommée « Isinijuru » channel (Ciel et Terre), fait tous les soirs carton plein d’audience.

 

D’un coup d’un seul, le jeune trublion mal inspiré auparavant, dont le concept loufoque de « gouvernement en exil » était moribond depuis belle lurette, victime des frasques à répétition de son président, eh bien Thomas Nahimana vient de reléguer Faustin Twagiramungu, son « grand frère » et Maître en la matière, au rang de petit Charlot de l’audimat rwandais !!

 

À chaque fois que « Padiri » fait sa sortie pour célébrer une de ces grand-messes surréalistes, mêlant subtilement mobilisation politique et prêche mystique, sont suspendus à ses lèvres des dizaines de milliers  rwandais qui comptent, ceux qui peuvent s’offrir des appareils connectés et se payer des unités mobiles pour les alimenter !

 

Ils font exploser sa boîte de commentaires élogieux, sans trop s’embarrasser de savoir si la mort de Kagame constituerait un projet politique en soi, qui propulserait de facto le prêtre dans le fauteuil présidentiel qui le fait fantasmer !

Vous avez dit bizarre…

 

Pendant ce temps, David Himbara, le plus éminent analyste économique du moment, vieux sage hautement diplômé et expérimenté, plume avisée et discours édifiant, faisait récemment à un ami cette confidence désespérante : « Tu sais, je vais ranger les crampons. Je me rends compte que je n’ai pas d’impact…  »

Hmmmm !

 

MÉDIOCRITÉ RWANDAISE : LA GENÈSE.

 

 

Au commencement  était l’une des pires  « arnaques révolutionnaires » que l’humanité ait jamais expérimentées : une « révolution hutue » en trompe l’œil, celle qui devait causer émancipation et transformation, tout en pratiquant « inversion » et continuité hypocrite !

 

C’est que le magicien belge, pour des raisons déjà analysées ailleurs, avait réussi à sortir de son chapeau colonial un tour inédit : l’idée de retirer la symbolique du pouvoir au pléthore de cadres tutsis formés par ses soins pendant presque un siècle, pour la transférer à une poignée de cadres hutus mal préparés et cooptés à la hâte, tout en balisant la latitude pour ces derniers d’exercer la réalité pleine et entière de ce pouvoir…

Un truc hors-sol!

 

Le pauvre mzungu, il fallait le comprendre : le suprématisme ethnique au Rwanda, il ne l’avait pas débarqué dans ses valises ; il l’avait juste trouvé opportunément à son avantage, et lui avait donné…disons un coup de pouce modernisateur !

 

Pour s’assurer, en vue de son futur projet néo-co, à avoir affaire à son (presque) cousin mututsi malgré un divorce douloureux, il épingla soigneusement une cohorte de cadres tutsis « progressistes », leur conseilla vivement de changer massivement d’éthnie (carte d’identité).

Puis il intégra à ce noyau dur les fameux cadres hutus mal formés et complexés, avant de rédiger les statuts du « Parmehutu », et d’inviter poliment tout ce monde à signer « en bas »!

 

La « tutsisation » déguisée du régime hutu en cogitation fut par ailleurs envisagée d’une autre manière tout aussi curieuse, tout au long de la décennie 1950 : le mariage !

 

En effet Mgr Perraudin et son acolyte Bigirumwami enfilèrent leurs toges ecclésiastiques immaculées et, à la chaîne et pour le meilleur, unirent quasiment tous ces futurs parmehutu à des jeunes femmes issues de l’aristocratie monarchique, et fraîchement diplômées des académies « Ménagère »!

 

Le futur premier président hutu Grégoire Kayibanda donna le ton, en jetant carrément son dévolu sur une fille de la cour du roi Mutara Rudahigwa (excusez du peu !)…

 

LE RÉSULTAT !

 

Les trente années de « régime hutu » qui allaient suivre furent caractérisées par un phénomène sociétal sans équivalent connu, dans le temps et dans l’espace: l’émergence d’une élite hutue largement minoritaire et non émancipée, des gens toujours esclaves dans la tête, qui n’arrêtaient pas de sautiller comme des kangourous en criant qu’ils détiennent le pouvoir de « Nyamwinshi » (la masse), tout en se demandant confusément pourquoi ils avaient le ventre noué de jalousie et de trouille à la moindre vue d’un homme tutsi ou d’une femme tutsie !

 

De l’autre côté, une élite tutsie sur-représentée mais toujours pleurnicharde, alors même qu’elle contrôlait 80% de la richesse nationale et tirait quasiment toutes les ficelles des systèmes éducatif, sanitaire, culturel et religieux du pays, tout en occupant, sous identités hutues ou pas, des pans assez conséquents des systèmes politique, administratif, judiciaire et militaire !

 

Abonnés à la victimisation permanente, ces gens avaient courbé l’échine, et perdu leur port altier d’antan.

Pleins aux as en poches mais la tête bourrée de frustrations, ils marchaient en rasant les murs, ruminant leur « revanche » et fourbissant les armes pour une « guerre prolongée » (dixit Valens Kajeguhakwa).

 

PAUL KAGAME ET LES SAUTERELLES !

 

En un mot donc, tout ce monde était con et, alliés objectifs dans la connerie, de là à ce qu’ils pussent franchir un jour le Rubicon macabre (amahano), il n’y avait qu’un petit pas !

 

De l’autre côté des frontières, des gamins qui avaient « mangé la poubelle », sans foi ni loi et armés désormais jusqu’aux dents, observaient ces « enfants gâtés » du pays, élites hutue et tutsie confondues, qu’ils jalousaient secrètement, et haïssaient…royalement !

 

C’étaient les descendants des « radicaux » de l’ancien régime monarchique qui avaient choisi l’exil plutôt que le partage, et qui, au contact des dures réalités de « là-bas », avaient rangé la morale rwandaise (kirazira) dans des coffres blindés, tourné la clé deux fois, et jeté celle-ci, qui dans le Victoria, qui dans le Tanganyika ou le Zaïre !

 

Flairant le bon coup du chaos, ils décidèrent que le moment était venu de donner une fameuse tape dans cette fourmilière bizarroïde…

 

Kalach sur une épaule, bâton de berger sur l’autre et « petite houe » en bandoulière, le rouleau compresseur Kalinga soumit, pendant quatre années, cette élite politiquement immature « locale » à un encadrement que même la mafia calabraise n’a pas encore déchiffré: un mélange bien dosé de manipulation ethnique et régional, de guerre psychologique, d’infiltration, de terrorisme, et de « technicage » hors-normes !

 

Jusqu’à nous pousser au summum de l’horreur : une frénésie autodestructrice et chaotique qui glaça le monde entier…

 

ET AUJOURD’HUI ?

 

Aujourd’hui le rescapé tutsi « reconnu » toise, méprise et « se venge » sur le rescapé hutu « non reconnu », dans un face à face pathétique qui n’en finit pas de faire sourire Paul Kagame.

 

Ce dernier, pourtant, pas très porté sur le langage inutilement imagé, a dernièrement résumé ainsi cette triste situation : « connaissez-vous les sauterelles de pluie, isenene ? Ces insectes comestibles qui se font piéger par la lumière des réverbères, vous connaissez ? Eh bien, il n’y a pas plus idiot que les isenene ! Quand elles se retrouvent dans un panier encore vivantes, elles commencent à se manger mutuellement, sans se douter qu’un salaud est occupé à faire chauffer de l’huile pour les griller toutes !  »

 

Quant à ceux qui rêvaient que demain encore sera la veille du sursaut salutaire des sauterelles, ceux-là peuvent aller se rhabiller !

À l’école de l’éducation politique, les sauterelles ont choisi les profs Thomas Nahimana et Rukokoma !

 

L’éloge de la médiocrité toujours…jusqu’à l’anéantissement !

 

Sylvestre Nsengiyumva

 

 

 

Vous pourriez être intéressé(e)

Diplomatie Belgique-Rwanda. Florilège de couleuvres que le régime du FPR fait avaler à la Belgique depuis 1994
A la Une
0 partages410 vues
A la Une
0 partages410 vues

Diplomatie Belgique-Rwanda. Florilège de couleuvres que le régime du FPR fait avaler à la Belgique depuis 1994

Emmanuel Neretse - 20 octobre 2020

Introduction   Tout observateur avisé de la scène politique et diplomatique de la Belgique aura noté que depuis un quart de siècle, les gouvernements belges successifs, toutes…

Naissance de l’Etat Islamique (E.I.) en Afrique Centrale ?
A la Une
0 partages691 vues
A la Une
0 partages691 vues

Naissance de l’Etat Islamique (E.I.) en Afrique Centrale ?

Nicaise Kibel'bel Oka - 19 octobre 2020

Après la publication du livre "L'avènement du Jihad en RD Congo" (Editions Scribe, Bruxelles, 2016 ) dans lequel  il montre comment les islamistes ont fait main basse…

La Belgique et ses anciennes colonies d’Afrique. Quand une journaliste belge fixe le cap à la Commission Parlementaire ad hoc
A la Une
0 partages2667 vues
A la Une
0 partages2667 vues

La Belgique et ses anciennes colonies d’Afrique. Quand une journaliste belge fixe le cap à la Commission Parlementaire ad hoc

Emmanuel Neretse - 15 octobre 2020

La commission spéciale de la Chambre chargée de se pencher sur le passé colonial de la Belgique a été officiellement installée le 19 juillet 2020. Wouter De…

Les plus populaires de cette catégorie