Des militaires hollandais en entraînement de trois semaines au Rwanda. Décryptage

Introduction

 

Le 28 novembre 2021, la presse rwandaise a diffusé, à cor et à cri, une information comme quoi un contingent de 150 militaires du 44 ème Bataillon d’Infanterie mécanisé de l’armée des Pays Bas était arrivé au Rwanda pour y suivre une formation pendant trois semaines. Les communiqués officiels précisaient que ces 150 militaires suivraient cette formation dans les installations militaires de l’armée de Paul Kagame de Gabiro en plein parc national Akagera au Mutara.

 

Ensuite ces militaires, derrière leurs commandants, ont été montrés par les médias officiels au mémorial de Gisozi à Kigali où furent prononcés des discours après les cérémonies d’usage de dépôts des fleurs.

 

Après ce show médiatique, les spéculations vont bon train. Le porte-parole de l’armée de Kagame y est allé, comme il se doit, en affabulant et en racontant des salades à l’opinion. Le Col Rwivanga a en effet affirmé que la venue de ce contingent de militaires néerlandais pour être formé au Rwanda démontrait que l’armée de Kagame était reconnue pour dispenser une formation militaire de haut niveau!

 

D’autres observateurs ont au contraire été inquiétés par cette arrivée des militaires d’un pays de l’Union Européenne dans un pays comme le Rwanda qui est à couteaux tirés avec tous ses voisins, et craignent que cela ne soit en préparation d’un conflit généralisé dans la région des Grands Lacs d’Afrique.

 

Pourtant comme nous allons le montrer, l’opération est tout bêtement une activité économique, une opération médiatique, une manœuvre pour faire des pressions diplomatiques et judiciaires sur les Pays Bas.

 

Une activité économique

 

La présence de 150 militaires néerlandais au Rwanda en ce moment est destinée principalement à renflouer les caisses du secteur touristique sérieusement impacté par la pandémie du Covid 19. Ce secteur qui dépend de la venue aux Rwanda des ressortissants des pays développés qui peuvent dépenser des milliers de devises en quelques jours, le Rwanda de Kagame ayant opté pour un tourisme de luxe et d’élite. En négociant et en obtenant le séjour de 150 militaires chez lui et pour trois semaines, Paul Kagame va gagner en glanant ici et là quelques euros qui, depuis 2020, se sont faits rares  à Kigali et donc dans ses caisses. Il compte y gagner ou a déjà empoché le prix comme suit:

 

Location installations militaires

 

Les installations militaires de Gabiro (casernes, champs de tir, pistes d’entrainement, etc.) sont loués au mètre carré et à l’heure au Gouvernement des Pays Bas.

Les 150 militaires qui devront passer les WE dans les hôtels de Kigali désespérément vides depuis 2020, vont, pendant leur séjour au Rwanda, combler un peu cette lacune.

Il compte aussi sur des rentrées de revenues générées par la présence de 150 expatriés au Rwanda et en même temps : frais de visites des mémoriaux, location de véhicules de transport (individuel ou en commun, comme des bus). En temps de crise, c’est toujours ça.

 

Opération médiatique

 

L’opération est aussi une diversion pour faire oublier un peu les affaires en cours et gênantes pour le régime. Par exemple l’affaire Paul Rusesabagina ou les arrestations et les assassinats des journalistes et des militants des Droits de l’Homme qui défraient la chronique mondialement.

Elle vise aussi à faire oublier ce que subit Madame Victoire Ingabire Umuhoza connue aux Pays Bas et qui y a laissé sa famille. L’opération vise à ne pas révéler à l’opinion publique néerlandaise les harcèlements et intimidations dont elle est l’objet tout comme les emprisonnements et assassinats des adhérents de son parti et en toute impunité.

 

Pressions diplomatiques

 

Le séjour du contingent de 150 militaires du 44 Bn Inf motorisé des Pays Bas au Rwanda obligera les officiers néerlandais qui commandent le contingent ou le porte-parole de l’Armée à déclarer officiellement leur soutien et admiration au régime de Paul Kagame. Ceci a déjà commencé quand on écoute le discours du Lt Col Maikel Vrenken, commandant du contingent au mémorial de Gisozi le 28 novembre 2021. Ou encore le discours de l’ambassadeur des Pays Bas au Rwanda au même mémorial de Gisozi.

Ce séjour sera un argument pour désavouer les députés néerlandais qui exigeaient des sanctions contre le régime du FPR de Kagame pour ses graves violations des droits de l’Homme. Dès lors que leur armée chantent les louanges de ce régime, il ne serait pas question que le gouvernement prenne des sanctions contre ce régime.

 

Pressions judiciaires

 

Les Pays Bas étant le pays de l’Union Européenne qui extrade facilement et souvent abusivement les exilés rwandais vivant dans ce pays dès que Kagame les réclame, le séjour des 150 militaires au Rwanda pour soi-disant une formation va pousser les décideurs administratifs et judiciaires à passer à une vitesse supérieure pour envoyer à Paul Kagame tout néerlandais d’origine rwandaise qui critiquerait son régime.

 

Cette opération vise aussi à décourager ou à semer la confusion chez les rares avocats néerlandais qui défendaient les opposants à Kagame vivant dans ce pays et qu’il voudrait faire taire définitivement en les jetant dans ses prisons mouroirs.

Enfin, elle vise à semer la confusion chez certains politiciens ou journalistes néerlandais qui commençaient à ouvrir les yeux et à voir la vraie nature du régime FPR de Paul Kagame. Ils ne pourront plus logiquement dénoncer un régime dont leur armée chante les louanges pour y avoir passé les vacances de trois semaines.

 

Après ce constat, il devient clair que la motivation principale pour que Kagame invite 150 militaires des Pays Bas à venir séjourner au Rwanda pendant presque un mois est d’ordre pécunier. Mais comme toujours d’une pierre il fait deux coups. Et donc il compte en profiter dans d’autres domaines non directement monnayables.

 

Conclusion

 

Comme toujours, quand Paul Kagame se trouve en difficulté, comme il est très bien conseillé par les lobbies qui dominent le monde à la tête desquels des anciens chefs d’états et de gouvernements, des milliardaires magnats de l’industrie et de la finance mondiale, il peut prendre des décisions adéquates et au bon moment pour s’en sortir.

 

A court de devises et ses hôtels vides, il n’a pas hésité quand ses conseillers lui ont soufflé de louer l’un de ses installations militaires à une armée d’un pays de l’Union Européenne pour à la fois atténuer les effets du Covid 19 sur son tourisme et faire diversion sur des affaires gênantes qui s’accumulent sur son dos.

 

Emmanuel Neretse

 

Vous pourriez être intéressé(e)

L’expansionnisme du Rwanda en Afrique Centrale surprend les Africains en plein  sommeil
A la Une
0 partages1244 vues
A la Une
0 partages1244 vues

L’expansionnisme du Rwanda en Afrique Centrale surprend les Africains en plein sommeil

Charles Onana - 14 août 2022

Il y a 15 ans, certains de mes amis Centrafricains trouvaient mon travail sur la région des Grands lacs centré sur Kagame et se demandaient pourquoi j'exprimais…

Autopsie de la tournée d’Antony Blinken en RDC et au Rwanda
A la Une
0 partages239 vues
A la Une
0 partages239 vues

Autopsie de la tournée d’Antony Blinken en RDC et au Rwanda

Patrick Mbeko - 13 août 2022

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken vient de boucler sa tournée africaine au Rwanda, où il s’est entretenu avec les autorités rwandaises. Bien que cette tournée ait…

Why did the Government of Rwanda fail to impose its narrative in the case of Paul Rusesabagina?
A la Une
0 partages218 vues
A la Une
0 partages218 vues

Why did the Government of Rwanda fail to impose its narrative in the case of Paul Rusesabagina?

Gustave Mbonyumutwa - 10 août 2022

US Secretary of State Anthony Blinken will be in Rwanda on August 10-11 to discuss, among other things, the “wrongful detention of U.S. Lawful Permanent Resident Paul…

Les plus populaires de cette catégorie