Grands Lacs. Londres vend des islamistes à Kigali pour effacer les FDLR

« Seuls les hommes (les mâles) arrivés sur le sol anglais seront renvoyés au Rwanda pour leur demande d’asile. Le Royaume-Uni va transférer par avion depuis Londres jusqu’à Kigali des migrants entrés sur son sol depuis janvier 2022 sans idée de retour en Grande Bretagne ».

 

Tel est le condensé de l’accord signé entre Boris Johnson et le gouvernement du Rwanda. Ils sont estimés à près de 30 mille, les malheureux migrants, privés de leurs familles, condamnés à vivre une nouvelle aventure sur la terre du Rwanda. Tout sauf ça. Le Rwanda, 12 millions d’habitants, 26.328 kilomètres carrés (équivalant à la moitié de la province du Nord-Kivu), ce petit pays montagneux aux multiples problèmes de survie communautaire avec une densité de près de 400 habitants au Km2, veut se faire passer pour le berceau de l’humanisme sans frontières. Le Premier ministre du Royaume-Uni, Boris Johnson a décidé, moyennant des espèces sonnantes et trébuchantes, d’offrir en cadeau empoisonné des réseaux jihadistes du « Londonistan », à Paul Kagame. Coût de l’opération : 144 millions de livres sterling. Pour un jihad global et coordonné dans la région des Grands Lacs africains. Boris Johnson a trouvé, à moindres frais, un moyen ridicule et inhumain de se débarrasser des jihadistes qui ont envahi la Grande Bretagne et qui disposent d’importants relais au Yémen, Erythrée, Bosnie, Egypte, Tchétchénie, Irak, Iran, Liban, Syrie renforcés depuis la fin de 1989 (Afghanistan et Pakistan) et le Soudan.

 

En Grande Bretagne, les jihadistes disposent d’une sorte de toile d’araignée qui héberge sites, centres d’opérations financières et transferts de fonds dans les places bancaires du Golfe utilisant le système informel appelé « Hawala » ne laissant à aucune trace d’écriture.

 

A travers cet accord, Kigali signe l’émergence du nouveau contingent des islamistes qui faisaient défaut à l’Oumma dans les Grands Lacs africains. Ils vont renforcer les ADF/MTM. Paradoxal quand même. Comment Kigali, soutenu par la France, qui combat les islamistes Al Sunnah au Mozambique peut-il se permettre un tel acte ?

 

L’étonnement qui a gagné le monde entier à l’annonce de cette affreuse nouvelle se justifie pour moult raisons. D’abord, et au-delà de la géographie naturelle de ce petit pays, le Rwanda vit un problème de surpopulation qui n’a pas hésité, dans une politique de « vidange de l’étang », de déverser quantité importante de ses concitoyens (Hutu) dans la région des Grands Lacs singulièrement dans le Kivu. Et de leur priver le droit de jouir de la terre de leurs ancêtres. Ils errent à travers le monde, traités comme des pestiférés subissant humiliation de tout genre. De deux, comment Kigali qui tente, à travers des programmes divers, la stérilisation d’une partie de sa population et qui prône la vasectomie comme moyen de contraception pour entraver les naissances auprès d’une population cible, peut-il oser accueillir d’autres populations dans son espace aussi étroit ?

 

On le sait, les Grandes puissances anglo-saxonnes entérinent une situation de fait, celle de voir des (réfugiés) Hutu s’intégrer au Congo. Dans ce cas, cette politique mise à jour par Boris Johnson cache mal une idée de « métisser le Rwanda » pour effacer et/ou diminuer sensiblement une partie de sa population. Et croire que c’est sur base de ladite politique que Kigali justifie sa politique de déstabilisation de la région de Grands Lacs dont le Kivu, l’étonnement côtoie l’absurde. De trois, comment expliquer le changement de stratégie de Kigali qui continue à armer certains congolais d’expression kinyarwanda à travers des rébellions (RCD, CNDP, M23) prétextant officiellement obtenir le retour au Kivu de leurs parents, réfugiés au Rwanda, et, du coup, s’intéresser à des personnes aux nationalités diverses n’ayant aucune affinité culturelle avec le Rwanda ?

 

En clair, le combat du CNDP, du M23 ne se justifie que dans ce souci de couper une partie de la RDC (le Kivu) pour l’annexer au Rwanda. En d’autres termes, pour une révision des frontières telle que l’avait exprimée avec hargne Pasteur Bizimunngu et bien d’autres comme Roger Winter (qui a toujours prôné une guerre par proxis interposés faisant de la RDF une Armée sans Frontières) ou le professeur Mazrui (acteur essentiel lors du dialogue inter congolais de Sun city qui propose la reconstitution des États dans la région des Grands Lacs sur base des affinités ethnico-morphologiques) ou encore le Soudano-américain Dieng (qui a travaillé à Butembo au DDRRR/MONUSCO avant d’occuper le poste de ministre des finances du Soudan du Sud), apôtre de la théorie de « There the borders are not sacred. »

 

Enfin, comment comprendre cet essaimage des populations d’expression kinyarwanda (sous appellation Banyabwisha) en Ituri à la recherche des terres cultivables au moment où Kigali en distribue à d’autres ? Depuis que les Occidentaux ont confié au Rwanda le leadership économique de la région au détriment de la RDC, la région des Grands Lacs connaît l’émergence de nouvelles formes de violences, la criminalité, les revendications territoriales et identitaires ainsi que l’extrémisme violent et armé qui renforcent chaque jour cette zone de volcan qui pérennise la violence armée et le déplacement des populations. Somme toute, la part importante de l’(ir) responsabilité obsessionnelle revient aux Congolais. On ne peut que s’étonner du silence des intellectuels, des notables et politiciens du Kivu notamment, de la jeunesse, des médias, des mouvements citoyens, de la société civile et de la diaspora congolaise (y compris de Boketshu 1er) à l’annonce d’un tel accord aussi suicidaire que celui qui déposséda les Hunde de leurs terres ancestrales. Demain, ça sera trop tard. Qui dit mieux !

 

Nous vous donnons la vraie information et nous en payons le prix. Soutenez-nous. Votre contribution financière est attendue. Contact utile : +243 998 190 250 et/ou +243 824 244 844

 

Nicaise Kibel’Bel Oka

 

Source : Les coulisses

 

Vous pourriez être intéressé(e)

Le RifDP condamne la guerre d’invasion contre la RDC.
A la Une
0 partages67 vues
A la Une
0 partages67 vues

Le RifDP condamne la guerre d’invasion contre la RDC.

Echos d'Afrique - 26 novembre 2022

COMMUNIQUÉ DE PRESSE   Dans le cadre de sa mission, le Réseau international des femmes pour la démocratie et la paix, RifDP, manifeste son désarroi en rapport…

Agression de la RDC par le Rwanda, M23 interposé. Est-ce le début de la fin ?
A la Une
0 partages731 vues
A la Une
0 partages731 vues

Agression de la RDC par le Rwanda, M23 interposé. Est-ce le début de la fin ?

Emmanuel Neretse - 25 novembre 2022

Le conflit entre dans une nouvelle phase la plus délicate à gérer par la partie agressée à savoir la RDC.   Contrairement aux rapports quasi hebdomadaires de…

Flash. Situation à l’Est de la RDC au 21 novembre 2022
A la Une
0 partages643 vues
A la Une
0 partages643 vues

Flash. Situation à l’Est de la RDC au 21 novembre 2022

Emmanuel Neretse - 21 novembre 2022

Deux événements en apparence anodins par rapport à la situation sécuritaire à l'Est de la RDC viennent de se produire ce lundi 21 novembre 2022. Mais à…

Les plus populaires de cette catégorie