Rwanda. Les préparatifs de guerre de Paul Kagame

Ce que révèle les derniers changements de Paul Kagame au sein de l’appareil militaire de son armée.

 

En ce début juin 2023, le cabinet présidentiel de Kagame a annoncé des nominations et des mutations touchant les plus hauts échelons de commandement de son armée, du ministère de la Défense aux commandements des grandes unités et des unités spéciales en passant par les Etats-Majors des différentes forces.

Il a aussi annoncé le renvoi de plusieurs officiers dont deux généraux et la résiliation des contrats des centaines d’hommes de troupes. Ces mesures ont touché en tout 244 militaires soit : 16 officiers supérieurs  rayés des cadres, 116 officiers subalternes et sous-officiers renvoyés et les contrats de 112 hommes de troupes furent résiliés.

 

Analyse et interprétation

 

Ces décisions de Kagame, apparemment anodines et courantes, sont pourtant porteuses d’un message subliminal non rassurant sur la sécurité du Rwanda et de la région des Grands Lacs en général.

En effet, comme nous allons le voir, ces décisions de Kagame qui sont à classer dans trois catégories, révèlent en gros que le dictateur du Rwanda et déstabilisateur de la région, est en pleins préparatifs de guerre.

 

Décisions cosmétiques et pour la propagande

 

C’est ici qu’il faut placer la nomination d’un nouveau ministre de la Défense. Cette fonction politique et souvent honorifique, car exercée dans les faits par Kagame lui-même, semble depuis plusieurs années dévolue aux rares officiers des ex-FAR qui se sont rendus à l’ennemi après 1994. Il en est de même de celle de directeur des prisons du pays. Comme il n’en reste que deux pouvant encore être utilisés, ils ont été nommés à ces deux postes pour les besoins de la propagande politique, pour prêcher que l’armée de Kagame serait non seulement “multiethnique”, mais aussi  serait dirigée par les officiers ayant servi sous le régime dit “hutu” de Habyarimana. Et le tour est joué !

 

Une réorganisation du Commandement en vue d’une guerre imminente dans la région

 

Le deuxième volet des décisions récentes de Kagame que constituent les nominations et permutations au sein des Etat-majors de son armée, est ouvertement motivé par les préparatifs de guerre. Tenez:

 

– Le général Moubarakh Muganga, qui vient d’être nommé Chef d’Etat-major général de l’armée, est un officier qui a fait l’essentiel de sa carrière dans l’invasion du Zaïre puis de la RDC. Il fut de tous les coups depuis 1996 alors comme “Kadogo” aux ordres de James Kabarebe comme l’était un certain Joseph Kabila. Lui-même, il ne râte aucune occasion pour proclamer qu’il y a 20 ans, ils leur fallait des mois pour parcourir  le Congo et revenir avec leur butin de guerre, alors qu’actuellement  avec Rwandair, il leur suffit de quelques heures pour aller et revenir avec l’avion rempli de pillages.

C’est donc  lui que Paul Kagame charge désormais de mener sa nouvelle guerre en RDC.

 

– Le Gen Maj Vincent Nyakarundi vient d’être nommé Commandant de la Force Terrestre. Tout en étant le symbole de la montée en puissance du groupe des officiers tutsi “barundi” (qui sont nés et ont grandi au Burundi) et promus et protégés par la Fisrt Lady, Vincent Nyakarundi est un chef espion qui, même avant d’être Chef des Renseignements militaires, avait servi comme tel à Washington et à Bujumbura. Il va donc mettre ses connaissances pour contrer les actions et l’influence du Burundi à l’Est de la RDC mais aussi agir dans le sens de berner le Pentagone ou tout au moins pour qu’il ne condamne pas les exactions de son armée en RDC car il connaît les méandres de l’armée américaine dans la région.

 

– Le Gen Major Eugène Nkubito nommé, Commandant de la 3è Division de l’Ouest, frontalière avec la RDC. Cet autre officier “tutsi burundais”, revient du Mozambique où il commandait le Corps de mercenaires que Kagame vend à ce pays depuis deux ans. Sa nomination à la frontière de la RDC a donc pour but de s’assurer que les troupes de Kagame qui vont encore envahir la RDC soient des combattants fraîchement revenus du front au Mozambique, mais surtout que leur Commandant connaisse et ait des connections avec des armées de la SADC qui seraient envoyées à l’Est de la RDC pour les neutraliser par la ruse ou la corruption.

 

– Le colonel Augustin Migabo qui vient d’être nommé Commandant des Forces Spéciales (des Commandos opérant souvent en civil), est aussi un officier “tutsi burundais”. En disgrâce depuis quelques années, il fut repêché et même nommé Colonel à cette occasion, lui qui venait de passer plus de 8 ans au grade de Lt Colonel et qui avait même connu la prison. Comme Commandant de « Special Forces », le Colonel Migabo, a pour mission de chaque fois être prêt à effectuer des actes de guerre au Burundi son pays natal qu’il connaît et à les imputer aux Hutu rwandais des FDLR ou des FLN. En même temps de commettre les actes terroristes à l’Est de la RDC à imputer aux mêmes FDLR (au Nord Kivu) et aux Imbonerakure du Burundi (au Sud Kivu).

 

– Le Colonel François Régis Gatarayiha, vient d’être nommé Chef des Renseignements militaires. Ce jeune officier, qui connaît une ascension fulgurante, est aussi un officier “ tutsi burundais”, sous l’aile de la First Lady. Et la boucle est bouclée!

 

Injecter de nouveaux cadres et combattants et donc un sang nouveau dans les nerfs de son M23.

 

Certains peuvent croire naïvement qu’en rayant des effectifs de son armée plus d’une centaine de cadres, Paul Kagame sanctionne ou sévit contre certaines fautes ou manquements de ces cadres. Mais en réalité c’est pour les mettre à la disposition de son autre armée nommée M23 qu’il déploie en RDC.

 

Voyant que ceux qui sont jusqu’à présent connus comme des chefs militaires du M23 sont tous brûlés, car la RDC ayant porté plainte contre eux pour crimes de guerre et crime contre l’Humanité voire de  génocide, et que les mandats d’arrêt internationaux peuvent être lancés d’un jour à l’autre surtout après la tournée du Procureur de la CPI à l’Est de la RDC. Paul Kagame prend les devants pour doter son M23 d’un autre commandement militaire et qui serait insoupçonné et insoupçonnable d’être des membres de son armée.

 

Et à la tête de son M23, il ne peut pas y mettre n’importe qui. C’est ainsi qu’il décrète que le Gen Maj Aloys Muganga, un ancien commandant de son Artillerie lourde et du Centre d’Instruction militaire de Gako ainsi que le Gen de Brigade Francis Mutiganda, un ancien des Renseignements extérieurs, sont renvoyés de son armée et rayés des effectifs.

 

Ainsi, lorsque les Sultan Makenga et autre Willy Ngoma et consorts… seront bannis car recherchés par la CPI, Paul Kagame pourra brandir ces officiers de son armée qu’il vient de détacher pour encadrer son M23. Bien entendu, le monde entendra parler d’un certain général “Mabasi  ou Ngouabije ou Bahati, …”, qui seraient des tutsi congolais ou banyamulenge qui auraient repris le commandement du M23, mais en réalité ce sera ces mêmes officiers que maintenant il déclare avoir chassés de son armée. Bien entendu comme ces nouveaux noms ne pourraient jamais être retrouvés sur les listes des effectifs de son armée, il continuera à clamer qu’il n’aurait rien à voir avec le M23. Et , selon lui, le tour sera joué.

 

Mais tout le monde n’est pas dupe, surtout les peuples rwandais et congolais de l’Est, martyrisés par le même bourreau depuis trois décennies. Kagame prépare donc une Nième agression de la RDC.

 

Comme quoi il faut observer à la loupe et analyser profondément tout acte que pose le dictateur du Rwanda Paul Kagame.

 

Emmanuel Neretse

 

 

Vous pourriez être intéressé(e)

« Le dernier prisonnier d’Arusha », un livre du Dr Augustin Ngirabatware
A la Une
0 partages167 vues
A la Une
0 partages167 vues

« Le dernier prisonnier d’Arusha », un livre du Dr Augustin Ngirabatware

Gaspard Musabyimana - 23 juillet 2024

Augustin Ngirabatware, de sa prison du Sénégal, vient de publier, aux Editions du Panthéon à Paris, un livre intitulé : « Le dernier prisonnier d’Arusha. Vie concrète et révélations…

Rwanda. Retour sur l’élection présidentielle du 15 juillet 2024. La honte pour la démocratie.
A la Une
0 partages478 vues
A la Une
0 partages478 vues

Rwanda. Retour sur l’élection présidentielle du 15 juillet 2024. La honte pour la démocratie.

Vestine Mukanoheri - 21 juillet 2024

Les élections au Rwanda sont toujours marquées par une domination du Front Patriotique Rwandais (FPR) et de Paul Kagame, qui est au pouvoir depuis bientôt 30 ans.…

Retour sur le discours d’un prélat rwandais politiquement engagé
A la Une
0 partages919 vues
A la Une
0 partages919 vues

Retour sur le discours d’un prélat rwandais politiquement engagé

Max Segasayo - 4 juillet 2024

Un discours truffé de contrevérités   Je tiens à me joindre au concert des nombreuses réactions qu’a suscitées dans les media sociaux, un mot de circonstance extrêmement…

Les plus populaires de cette catégorie