Les dessous de la nouvelle provocation du Rwanda de Paul Kagame envers la RDC. Décryptage.

Ce mardi 16 janvier 2024, l’armée de  Paul Kagame affirme avoir tué un militaire congolais  des FARC et en avoir capturé deux.

 

Comme le disent les médias qui répercutent cette revendication de Kagame, ceux-ci affirment que ces militaires congolais étaient entrés sur le territoire du Rwanda dans la région de Rubavu ( ex- Gisenyi) au Nord de la ville congolaise de Goma.

 

Mais les habitants de cette zone contactés discrètement et témoignant sous anonymat pour leur sécurité, nous affirment que ces militaires furent quasiment enlevés par un commando de soldats rwandais qui était entré en force pendant la nuit et en patrouille de combat en RDC avec des appareils de vision  nocturne pour surprendre les soldats congolais qui n’en avaient pas. Ce commando de soldats rwandais ne s’est replié qu’au premières lueurs du jour emportant leurs otages.

 

Cette Nième agression de la RDC par le Rwanda de Paul Kagame, si banale soit-elle, pose quand-même quelques questions quant à sa motivation et au choix du moment pour la commettre. C’est ce que nous allons voir.

 

Cet acte militaire de Paul Kagame est bel et bien une PROVOCATION de sa part envers la RDC. Il est donc essentiellement destiné à faire diversion sur sa belligérance congénitale et au mieux, à présenter l’agresseur comme “victime”.

 

Le choix du moment a été soigneusement adopté pour qu’il soit le plus propice:

 

  1. Situation géopolique

Le monde est plongé dans l’actualité des deux conflits majeurs qui le secouent depuis bientôt deux ans. Nous parlons de du conflit en Ukraine et récemment des opérations destructrices d’Israël dans la bande de Gaza habitée par les palestiniens.

 

En provoquant la RDC afin qu’il prouve le prétexte de l’envahir ouvertement avec ses habituels soutiens de l’Occident, Paul Kagame entend s’assimiler à Zelensky d’Ukraine et à l’Etat intouchable d’Israël : Etre toujours considéré comme “victime” même quand c’est lui le bourreau.

 

  1. Situation géopolitique dans la région

– Dans la région en ce qui concerne l’insécurité à l’Est de la RDC, l’actualité est focalisée sur le déploiement de la force de la SADC en cours. En provoquant la RDC et en ciblant la région que la SADC est censée sécuriser, Paul Kagame lance un avertissement et même une mise en garde aux pays ayant fourni les troupes dans cette force. Il vise principalement la Tanzanie et l’Afrique du Sud.

 

– La nouvelle provocation de Kagame envers la RDC tombe au moment où la tension est forte entre le Rwanda et le Burundi. Ayant juré de balayer le régime démocratique instauré au Burundi pour le remplacer par un régime calqué à son modèle (parti-Etat unique, forces politiques et surtout militaires monoethniques, monarchie républicaine, …), Paul Kagame lance un avertissement au président du Burundi Evariste Ndayishimiye. Ce dernier devrait savoir que lui Kagame n’hésiterait pas à l’éliminer physiquement pour installer son modèle au Burundi. Après tout, le même Kagame a déjà fait disparaître TROIS Chefs d’Etats du Burundi : Melchior Ndadaye en octobre1993, Cyprien Ntaryamira en avril 1994 et Pierre Nkurunziza en juin 2020.

 

– Cette nouvelle provocation survient quand un sommet des pays dits non-alignés (plus de 120 pays du monde) se tient à Kampala en Ouganda, seconde ou première patrie de Paul Kagame. Il y sera lui-même à partir de mercredi 17 janvier 2024. Ce sera donc pour lui qui est rompu aux magouilles et bien conseillé par ses créateurs que sont les lobbies occidentaux, de convaincre les pays lointains et non au fait de la problématique de la région des Grands Lacs, que lui Paul Kagame est le bon mais est victime de mauvais voisins comme Félix Tshisekedi et Evariste Ndayishimiye.

 

  1. Actualité en RCD

Le choix du moment de la provocation de Paul Kagame est aussi bien fait en considérant l’actualité en RDC. En effet le 20 décembre 2023, réélu pour un 2è mandat , le président Félix Tshisekedi n’a pas encore prêté serment pour commencer son deuxième mandat tout comme la nouvelle Assemblée nationale et le Sénat qui sortiront de ces élections ne sont pas encore installés.

 

Paul Kagame et ses conseillers estiment donc que dans cette situation assimilable à celle “des Affaires courantes”, Félix Tshisekedi n’aura pas de moyens politiques, légaux, diplomatiques et moins encore militaires pour répondre comme il se devrait à ces provocations de Paul Kagame.

 

Face à cette situation volatile et propice à l’agresseur Paul Kagame de continuer à narguer la RDC et surtout ses Forces armées et son peuple, la réaction actuellement requise et en urgence en attendant d’autres plus fermes et sereines, nous semble être le déploiement effectif des troupes de la SADC au Nord Kivu et y chasser sans délais et sans ménagement les éléments terroristes aux ordres de Kagame et présentés comme M23, afin de réinstaller les déplacés croupissants dans des camps autour de Goma dans leurs biens, à savoir les terres de leurs ancêtres à Rutshuru, et au Masisi en passant par Bunagana.

 

Cette opération servira de test pour le sérieux des dirigeants africains et redonnera espoir aux peuples de la région au premier chef les congolais que leur leadership peut enfin réussir à défendre leurs intérêts vitaux.

 

Emmanuel Neretse

 

 

 

 

Vous pourriez être intéressé(e)

Pourquoi l’Afrique sera à nouveau divisée et colonisée
A la Une
0 partages124 vues
A la Une
0 partages124 vues

Pourquoi l’Afrique sera à nouveau divisée et colonisée

Isidore Jean Baptiste Rukira - 26 février 2024

Histoire de l'Afrique en abrégé pendant 24 siècles passé, au cours du 21° et 22° siècle et au-delà.   L’union africaine est face à d'énormes et nombreux défis…

L’Afrique hors de maitrise de son histoire en évolution  : à qui appartient l’Afrique ?
A la Une
0 partages114 vues
A la Une
0 partages114 vues

L’Afrique hors de maitrise de son histoire en évolution : à qui appartient l’Afrique ?

Isidore Jean Baptiste Rukira - 26 février 2024

Le problème de l’appartenance de l’Afrique a des puissances étrangères depuis des siècles voire depuis des millénaires.   Le problème de l’appartenance du continent africain est une…

Kizito Mihigo, un messager de la foi mais aussi un défenseur de la paix et de la dignité humaine
A la Une
0 partages155 vues
A la Une
0 partages155 vues

Kizito Mihigo, un messager de la foi mais aussi un défenseur de la paix et de la dignité humaine

Laurent Munyandilikirwa - 19 février 2024

Déclaration n°03/2024 – En mémoire d’un défenseur de la dignité humaine   Deux ans déjà que l’ami, le frère, le conseiller, le modèle inégalé Kizito Mihigo nous…

Les plus populaires de cette catégorie