Les Afghans dans la région des Grands Lacs d’Afrique : pour quelles missions?

Le départ des troupes américaines d’Afghanistan a nécessité l’exfiltration de milliers d’Afghans qui avaient été leurs collaborateurs dans divers domaines (technique, renseignement, intérpétariat,..). Certains viennent d’arriver en Ouganda, d’autres ont atterri au Rwanda. Pourquoi les USA ont choisi ces deux pays de la région des Grands Lacs pour y déverser leurs collaborateurs afghans? Un début de réponse à cette question peut être trouvé en lisant les deux articles, très éclairants, que nous reproduisons ci-après. Le premier a été écrit par le journaliste congolais d’investigation Nicaise Kibel’bel Oka, par ailleurs auteur de plusieurs livres sur la situation sécuritaire à l’Est de la RDC. Le second est de la plume du politologue canadien d’origine congolaise, Patrick Mbeko. Lui aussi est auteur de plusieurs livres sur les enjeux géopolitiques des Grandes puissances dans la région des Grands Lacs [M.G.]


RDC. Les USA déposent des ingénieurs afghans en Ouganda. Pour quels objectifs?

Le départ des États-Unis de l’Afghanistan et la prise du pouvoir par les Talibans ont eu pour conséquence que certains Afghans, techniciens, ingénieurs et interprètes au service des Occidentaux ont été exfiltrés de peur d’être tués par les Talibans. Près de 100 mille Afghans ont quitté leur pays à la suite du départ des Occidentaux. Un groupe d’ingénieurs et techniciens afghans a atterri en Ouganda. Officiellement, en partance pour les Etats-Unis. Un ami avisé m’a posé une question : « Pourquoi avoir choisi l’Ouganda qui n’est certainement pas le pays le plus proche de l’Afghanistan ni des États-Unis ? » Alors, je me suis livré à une spéculation intellectuelle.

 

La Chine en RDC : 5 chantiers

 

Tout commence dans les années 1990. Les Occidentaux veulent en finir avec Mobutu, au nom des droits de l’homme. Ils profitent d’une rixe sur le campus de l’université de Lubumbashi opposant les étudiants de l’Équateur à leurs camarades d’autres régions. C’est l’affaire « Lititi mboka » qui aboutit à la rupture de toute aide occidentale en faveur du peuple zaïrois. Cette période coïncide avec les besoins accrus de la Chine en minerais de toutes sortes. La Chine proclame « 2006 : année de l’Afrique » pour un « nouveau type de partenariat stratégique » avec un slogan envoûtant adopté par tous les pouvoirs d’Afrique : coopération économique gagnant-gagnant. La Chine annonce une aide globale de 20 milliard de dollars$/an essentiellement consacrés aux infrastructures avec en contrepartie en remboursement, l’accès aux matières premières des pays africains. La RDC est véritablement une anomalie géologique avec un sous-sol très riche et varié où puisaient les Occidentaux (Américains, Français, Belges, Allemands, etc.). Sur conseils de l’Angolais Dos Santos, Joseph Kabila signe avec les entreprises chinoises les fameux 5 chantiers. Tout a été prévu. La China Exxim bank est mise en contribution. On connaît la suite.

 

La Chine et les Terres rares

 

On ne mange pas les droits de l’homme. C’est la boutade des Congolais proches du pouvoir de l’époque. La Chine produit quasiment 100 % de dysprosium et de terbium dans la partie de la Mongolie . Par précaution et pour avoir suffisamment de stock, la Chine lorgne vers la RDC en vue d’étendre sa domination sur ce domaine particulièrement sensible. Elle sait que la RDC, dans sa partie Nord-ouest allant du Sud-Kivu au Nord-Kivu, notamment à proximité de Walikale jusqu’aux confins de Manguredjipa, il y a la cassitérite et le la colombo tantaline (coltan). Derrière ces deux métaux, se cachent les Terres rares.

 

Les Terres rares sont des métaux spéciaux, indispensables pour les aimants des moteurs des voitures électriques et/ou des éoliennes géantes, pour des lampes à basse consommation, les pots catalytiques…servant des remèdes contre la pollution. Les Terres rares sont au nombre de 17. Ils sont très souvent utilisés sous forme d’oxyde. La Chine a lancé la « route de la soie » là où les Occidentaux inondent l’est du Congo d’ONG des droits de l’homme.

 

Présence suspecte des soldats américains dans la zone ?

 

Récemment, les marines américains ont visité l’est de la RDC avant l’arrivée des techniciens et ingénieurs afghans en transit en Ouganda. L’Afghanistan est l’un de rares pays à produire quelques métaux (Terres rares). Viennent-ils pour une prospection des Terres rares à l’est du Congo au quel cas les États-Unis viendraient contrer les visées chinoises ? Possible.

 

Les armées des pays développés ont grandement besoin des Terres rares pour améliorer les capacités de leurs appareils de vision nocturne et de télémètres. Les armées de ces pays achetaient en Chine les éléments correspondants. S’approprier cette partie de la RDC si prometteuse permet d’asseoir définitivement le leadership mondial sur l’industrie de production et de transformation des Terres rares. Cela peut constituer les soubassements de nouvelles violences à l’est du pays. La Chine a bien compris les enjeux géostratégiques devant des Congolais qui passent leur temps faire des rapports aux Occidentaux.

 

Créons des milices à leur image

 

Le Sud-Kivu avec des tensions dans les Hauts et moyens plateaux vit une sorte de conflit « Israël- Palestine » transplanté en RDC. Ni vainqueur ni vaincu. Dans l’est de la RDC, on a créé des milices ethniques à notre image. Chaque composante ethnique dispose d’au moins d’un groupe armé. En créant les milices à notre image, chacune cherchant à défendre un petit territoire ancestral mais au finish, se livrant à l’exploitation artisanale des minerais, les faiseurs de guerres ont créé des milices ethniques à l’image des minerais. Les FARDC font face à ce jour à la guerre asymétrique doublée de cette guerre « hybride » difficile à gagner. A chacun l’exercice de circonscrire chaque milice dans son espace culturel et géographique pour mieux cerner la corrélation violence et minerais de sang. Lorsque l’on voit des Congolais ahuris devant le reportage d’Alain Foka dans le fief du prix Nobel , l’on s’étonne de leur étonnement. On aura beau créer des universités, construire des immeubles et hôtels en pleine guerre, former des juristes, ingénieurs et autres dans tous les domaines, il s’avère que la RDC n’est pas encore arriver à la hauteur des enjeux géostratégiques. Les intellectuels sont restés dans leur rôle de colonisés éternels. En 30 ans, le Congo a perdu la Gécamines, Kilo-Moto, la PLZ, Utexafrica, DAIPN et enfin Bukanga Lonzo.

 

Voici la liste des 17 métaux appelés Terres rares : cérium, dysprosium, erbium, europium, gadolilium, holmium, kanthane, litium, néodyne, praséodye, prométhium, samrium, scandium, terbium, thulim, ytterbium et ytttrium.

 

Nicaise Kibel’Bel Oka

 

Sourcehttps://lescoulissesrdc.info/

 


Casques bleus ou réfugiés afghans : le Rwanda sur tous les fronts

Deux semaines après la prise de Kaboul par les talibans*, le Rwanda s’est dit prêt à accueillir des étudiants afghans fuyant leur pays. Derrière cette bienveillance affichée par Kigali se déploie pourtant une stratégie diplomatico-communicationnelle qui ne dit pas son nom. Analyse pour Sputnik de Patrick Mbeko, spécialiste des Grands Lacs.

 

Alors que l’évacuation des ressortissants étrangers et de leurs collaborateurs afghans avait retenu l’attention du monde entier, le Rwanda défrayait la chronique à sa manière en acceptant d’accueillir des élèves afghans désirant quitter leur pays. Ce qui en fait le deuxième pays africain à accueillir des réfugiés afghans après l’Ouganda, qui en a déjà accueilli plus d’une cinquantaine.

 

La nouvelle avait été annoncée par un tweet de Shabana Basij-Rasikh, présidente et cofondatrice de l’Afghanistan Leadership School (SOLA), indiquant que le seul internat pour filles d’Afghanistan déplaçait l’ensemble de ses 250 élèves, professeurs, employés et membres de leur famille vers la nation d’Afrique de l’Est pour poursuivre leur éducation pendant les prochains mois. Bien que la date d’arrivée des élèves réfugiés n’ait pas été divulguée, Mme Basij-Rasikh a assuré que toutes les personnes évacuées étaient déjà en route pour le Rwanda après avoir transité par le Qatar.

Le ministère rwandais de l’Éducation retweete, ce 24 août, en s’en félicitant l’annonce de Shabana Basij-Rasikh.

 

Du côté rwandais, on s’est déclaré enthousiaste d’accueillir la communauté SOLA au pays des mille collines. Derrière cet enthousiasme clairement affiché, Kigali déploie toute une stratégie diplomatico-communicationnelle qui ne dit pas son nom.

 

Offensives tous azimuts

 

Il faut dire que ce n’est pas la première fois que le Rwanda se propose d’accueillir des réfugiés venant d’horizons lointains sur son territoire. En 2018, il s’était déjà proposé d’accueillir des centaines de réfugiés coincés en Libye. À l’époque, en raison de la détérioration de la situation sécuritaire dans et autour de la capitale libyenne, Tripoli, l’Union africaine (UA), le Rwanda et le HCR avaient signé un protocole d’accord pour mettre en place un mécanisme de transit d’urgence (MTE) pour évacuer les réfugiés et les demandeurs d’asile hors de Libye. Cela faisait suite à l’offre faite par le Président Paul Kagame, en novembre 2017, et à la décision de l’UA, de l’Union européenne (UE) et des Nations unies de mettre en place une équipe spéciale conjointe pour sauver et protéger la vie des réfugiés et des migrants le long des routes migratoires et, en particulier, à l’intérieur de la Libye.

 

Depuis, le Rwanda a reçu plusieurs centaines de réfugiés et demandeurs d’asile évacués de Libye, au moment même où ses troupes intervenaient en Centrafrique pour épauler le gouvernement dudit pays confronté à plusieurs groupes armés qui font régner la loi de la terreur. Toujours dans le même pays, Kigali a déployé des Casques bleus dans le cadre de la mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en Centrafrique (MINUSCA). D’autres Casques bleus rwandais sont déployés sur d’autres théâtres d’opérations, ce qui fait aujourd’hui du Rwanda l’un des pourvoyeurs les plus importants de Casques bleus en Afrique. On retrouve également les Forces rwandaises de défense (FRD) au Mozambique, où elles croisent le fer avec les groupes djihadistes qui font régner la loi du chaos dans la région septentrionale de Cabo Delgado. C’est dire que le pays des mille collines est sur tous les fronts.

Savoir profiter des occasions

 

Pour le régime de Kigali, toutes les occasions qui se présentent, que ce soit sur le plan humanitaire, diplomatique ou sécuritaire, sont des opportunités à saisir. Cela permet de rehausser l’image de Paul Kagame sur une scène africaine où il jouit d’une grande popularité en tant que leader panafricain. Cela permet également de rehausser l’image du «petit Rwanda» sur cette même scène africaine où la plupart des gouvernements sont connus pour être des spectateurs et non des acteurs lors d’événements majeurs, et sur la scène internationale, c’est la preuve que le «petit» pays des mille collines peut peser sur l’échiquier mondial avec les petits moyens qui sont les siens.

 

Il faut dire que la gestion de l’image a toujours constitué une préoccupation majeure pour Paul Kagame. À la différence de la plupart de ses pairs africains, il a compris très tôt le poids de la communication et son impact sur les opinions publiques. De son sanctuaire ougandais jusqu’à sa conquête du pouvoir en juillet 1994, il s’est employé, à travers un redoutable dispositif communicationnel, à véhiculer une image positive de lui-même et de son mouvement politico-militaire. Si le Rwanda, en dépit de sa situation sociopolitique et économique problématique, arrive à briller sur la scène africaine et internationale, c’est parce que ses dirigeants ont compris la nécessité de savoir se vendre à l’étranger en sachant saisir les opportunités qui s’offrent à leur pays.

Business as usual

 

Pour autant, la stratégie de communication n’exclut pas les opportunités d’affaires. Si le Rwanda accepte de recevoir des réfugiés venus de Libye et d’Afghanistan, s’il décide de déployer ses hommes hors de ses frontières et dans les missions de maintien de la paix, c’est aussi et surtout parce que cela lui est clairement profitable, surtout pour l’élite au pouvoir à Kigali.

 

En effet, le transfert et l’installation des réfugiés provenant de Libye ne se sont pas faits sans contrepartie, on s’en doute bien. En échange de l’espace qu’il a offert au Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), qui, lui, s’occupe de ces personnes, le Rwanda a reçu des millions de dollars de l’Union européenne. Il en est de même pour les réfugiés afghans, mais aussi pour le déploiement des Casques bleus qui est devenu, pour un certain nombre de pays en développement, une source non négligeable d’entrée d’argent: les Nations unies versant des millions de dollars de compensations aux pays contributeurs de Casques bleus. En 2014, la plupart des pays contributeurs avaient fait pression pour que l’Onu réévalue la somme allouée pour chaque Casque bleu aux pays participants à des opérations de maintien de la paix. C’est dire…

 

Mais c’est surtout à travers la coopération militaire que le Rwanda entend développer des partenariats économiques avec certains de ses alliés. En déployant, par exemple, près de 700 Casques bleus en Centrafrique, tout en renforçant sa coopération avec Bangui dans le domaine sécuritaire, Kigali sait qu’il pourra s’attendre à des débouchés dans d’autres secteurs, notamment dans le domaine économique. La Centrafrique a des soucis dans plusieurs secteurs et elle est riche en ressources naturelles, et au Rwanda, on le sait.

Depuis décembre 2020, plusieurs hommes d’affaires rwandais se sont succédé à Bangui, et pour la première fois dans l’histoire des relations entre les deux pays, la compagnie aérienne nationale RwandAir dessert la Centrafrique à hauteur de deux jours par semaine.

 

Au Mozambique, le succès remporté par le contingent rwandais, un mois après son arrivée, pourrait ouvrir de nouvelles opportunités au Rwanda dans le pays. La ville de Cabo Delgado où sont déployées les FRD est connue pour abriter un immense gisement gazier qui aiguise les appétits des grandes multinationales occidentales. Total y est d’ailleurs déployée, mais la multinationale a dû suspendre ses activités à cause des assauts répétés des groupes extrémistes. Avec la présence de l’armée rwandaise, les activités du groupe français devraient reprendre, et avec elles, des opportunités d’affaires pour les Rwandais.

Dans un contexte régional particulièrement problématique, Kigali étant en froid avec la plupart de ses voisins des Grands Lacs, l’activisme militaire et diplomatique du Rwanda pourrait ouvrir de nouvelles opportunités dans des horizons lointains à ce petit pays d’Afrique de l’Est qui ne cesse de nourrir de grandes ambitions.

*Organisation terroriste interdite en Russie

 

Patrick Mbeko

 

Source : https://fr.sputniknews.com/

 

Vous pourriez être intéressé(e)

Rwanda. Dernière trouvaille des lobbies pro-Kagame : imposer la solidarité ethnique à tous les Tutsi
A la Une
0 partages1300 vues
A la Une
0 partages1300 vues

Rwanda. Dernière trouvaille des lobbies pro-Kagame : imposer la solidarité ethnique à tous les Tutsi

Emmanuel Neretse - 13 septembre 2021

Introduction   Depuis quelques mois, les milieux politiques du Rwanda, que ce soit de l'intérieur ou en exil, sont traversés par un courant controversé : des uns le…

RDC: Faut-il réhabiliter le maréchal Mobutu?
A la Une
0 partages289 vues
A la Une
0 partages289 vues

RDC: Faut-il réhabiliter le maréchal Mobutu?

Patrick Mbeko - 9 septembre 2021

Le 7 septembre 1997 décédait au Maroc le maréchal Mobutu du Zaïre (actuelle RDC), quatre mois après avoir été chassé du pouvoir. 24 ans plus tard, le…

Rwanda. L’interventionnisme militaire tous azimuts de l’armée de Paul Kagame. Essai d’explication.
A la Une
0 partages807 vues
A la Une
0 partages807 vues

Rwanda. L’interventionnisme militaire tous azimuts de l’armée de Paul Kagame. Essai d’explication.

Emmanuel Neretse - 7 septembre 2021

Introduction   Depuis les années 2010, bon nombre de militaires de l’armée de Paul Kagame, à coups de lobbies, sont passés sous la bannière des Nations Unies…

Les plus populaires de cette catégorie