Le parti FDU-Inkingi a appris avec tristesse la mort du chanteur rwandais Kizito Mihigo

C’est avec tristesse que ce lundi 17 février 2020 le parti FDU-INKINGI a appris la mort du chanteur rwandais  Kizito Mihigo.   Par son communiqué sur Twitter,  la police prétend  qu’il s’agit d’un suicide survenu au sein du cachot de Remera où Monsieur MIHIGO était détenu depuis 3 jours.

 

Le parti FDU-INKINGI a de très sérieux doutes sur la version de la police et pense qu’il s’agirait plutôt d’un assassinat déguisé en suicide. En effet, Monsieur MIHIGO était bien portant au moment de son arrestation, profondément croyant et, selon les membres de famille qui lui ont rendu visite trois jours avant, rien n’indiquait qu’il serait suicidaire. Son arrestation elle-même, telle que racontée dans les médias par les services du RIB, laisse des questions sans réponses et semble être une mise en scène pour couvrir son crime.

 

Monsieur MIHIGO était accusé de vouloir quitter le pays via le Burundi pour rejoindre les groupes armés qui luttent contre le gouvernement du Rwanda, une version unilatérale et tendancieuse des services du gouvernement rwandais qui, ces derniers temps, voient des ennemis partout et dans tout.

 

Monsieur MIHIGO est mort en détention, et donc sous la responsabilité directe des services de la police rwandaise. Cette mort en pareille situation n’est pas un cas isolé: plusieurs rwandais arrêtés et détenus par les services de sécurité sont morts soit fusillés à bout portant (la police prétextant que la personne voulait s’échapper, certains étant même menottés), soit portés disparus et jamais retrouvés (la police prétextant une évasion), soit retrouvés inanimés dans leur cellule ou en pleine nature (la police prétextant un suicide ou un assassinat non élucidé).

 

A ce titre rappelons notamment les cas du Docteur Emmanuel Gasakure, de l’avocat Donat Mutunzi, de l’avocat Nzamwita Ntabwoba Toy, de Boniface Twagirmana,   Anselme Mutuyimana, et bien d’autres ….

 

*Le parti FDU-INKINGI condamne fermement l’assassinat de Monsieur MIHIGO et demande à l’Etat rwandais de faire la lumière sur cette mort pour retrouver les coupables et les punir.

 

*Le parti FDU-INKINGI demande au gouvernement rwandais de permettre la mise en place d’une Commission d’enquête internationale et indépendante pour enquêter sur tous les crimes répétés qui ont lieu régulièrement sur le sol rwandais, incluant les homicides, les disparitions forcées, la torture et les traitements dégradants.

 

*Le parti FDU-INKINGI présente ses condoléances les plus attristées à la famille et aux amis du chanteur Kizito MIHIGO et leur demande de poursuivre son œuvre pour la paix, le pardon et la réconciliation entre tous les rwandais.

 

*Monsieur Kizito MIHIGO est un rescapé du génocide de plus qui tombe sous la violence aveugle du gouvernement dirigé par le président Kagame et le parti FPR. Le parti FDU-INKINGI demande à tous les rwandais épris de paix et de justice de se mobiliser pour la paix et la réconciliation nationale et de refuser ainsi la violence entretenue par le gouvernement actuel à des fins politiques. Le parti FDU-INKINGI sera à leurs côtés dans cette lutte. Que le sang des héros national de la réconciliation ne soit pas vainement versé mais qu’il nous serve à tous comme un aiguillon pour continuer ce noble combat auquel il s’était engagé.

 

*Le parti FDU-INKINGI reste inquiet pour les vies des autres opposants et activistes de Droits de l’Homme notamment Madame Victoire INGABIRE, présidence du parti DALFA Umurinzi, qui reste leader et symbole de l’opposition démocratique rwandaise. Nous appelons la communauté Internationale, notamment les pays financiers du régime Rwandais à s’assurer qu’elle soit protégée.

 

*Enfin, le parti FDU-INKINGI recommande à la communauté internationale et au pays amis du Rwanda de faire pression sur le président Kagame et sur son administration pour arrêter la violence et les crimes que le gouvernement exerce sur son peuple dans le but de se maintenir au pouvoir. Nous leur demandons notamment de conditionner l’aide de quelque manière que ce soit au respect des droits et des libertés individuelles des Rwandais.
La violence appelle la violence, et ne peut donc pas être une méthode de gouvernement viable. Pour le parti FDU-INKINGI, seul le dialogue pourra arrêter la violence et poser les bases fiables d’une société rwandaise stable et apaisée.

 

Fait à Rouen, le 17 février 2020

 

Théophile MPOZEMBIZI

Commissaire FDU-INKINGI chargé de l’Information et de la Communication

infocominfo@fdu-rwanda.com ; info@fdu-rwanda.com

 

 

Vous pourriez être intéressé(e)

Vient de paraître :  « Rwanda Violences et alternance démocratique »
A la Une
0 partages499 vues
A la Une
0 partages499 vues

Vient de paraître : « Rwanda Violences et alternance démocratique »

Echos d'Afrique - 2 juillet 2020

L’histoire politique du Rwanda est jalonnée de violences dont les répercussions ne cessent de se montrer au grand jour. Qu’il suffise de penser à la destitution de…

Rwanda : la liste des hautes personnalités les plus corrompues enfin dévoilée
A la Une
0 partages10841 vues
A la Une
0 partages10841 vues

Rwanda : la liste des hautes personnalités les plus corrompues enfin dévoilée

Jane Mugeni - 30 juin 2020

Le 26 juin 2020, le président Kagame a présidé une réunion des hauts cadres du Front Patriotique Rwandais (FPR, parti au pouvoir). Il a publiquement fustigé des…

Vient de paraître : « Le statisme définitionnel  du génocide », un livre de Pierre-Claver Mupendana
A la Une
0 partages280 vues
A la Une
0 partages280 vues

Vient de paraître : « Le statisme définitionnel du génocide », un livre de Pierre-Claver Mupendana

Gaspard Musabyimana - 22 juin 2020

La définition du génocide, qui a été tant appliquée dans de longues procédures devant les juges des Tribunaux militaires de Nuremberg et de Tokyo, du Tribunal Pénal…

Les plus populaires de cette catégorie