Ouganda:après 25 ans de règne, Museveni ne devrait-il pas « dégager »?

Museveni et Kagame
Museveni et Kagame

Museveni et Kagame

Le président ougandais Yoweri Museveni, au pouvoir  en Ouganda depuis 1986, a prêté serment le 12 mai 2011  pour un nouveau mandat (de trop?).

Les cérémonies de son investiture ont été  boycottées par ses homme de paille  d’hier dont Paul Kagame installé  au pouvoir au Rwanda en juillet 1994 par les soins ce mentor.

Pourquoi cette ingratitude?
D’où vient que même les représentants du Commonwealth étaient absents? Est-ce une mise en garde ou une rupture?

EdA Press a trouvé un début d’explication dans l’excellent article du journaliste congolais Nicaise Kibel’Bel Oka que nous reproduisons ci-après dans son intégralité.

EdA Press
______________________________________________________________________________

Coup de colère ou rupture
Museveni prête serment. Kagame, Zuma et le Commonwealth absents

Jeudi 12 mai 2011, place Kololo Air Strip, il est onze heures quand le président Museveni arrive à la tribune sous des applaudissements nourris de la foule.

Il reçoit tour à tour les présidents Kikwete (Tanzanie), Mway Kibaki et le doyen Arap Moi (Kenya), Jonathan Good Luck (Nigeria), Joseph Kabila (RDCongo) ovationné par la foule des Congolais arborant effigies et drapelets et criant à tue-tête son nom. Enfin, les autres délégations dont la Somalie, Melès Zenawi (Ethiopie), Bob Mugabe (Zimbabwe), Jean Ping (Union africaine) vont aussi gagner la tribune officielle.

12h18′, le président Museveni prête serment qui dure deux minutes. Il tient la Bible de la main droite et jure de respecter la Constitution et les lois du pays.

Deux faits semblent interpeller le public.
D’abord, une certaine agitation est observée au niveau des officiers des services de renseignements. On apprendra plus tard que Museveni était très mécontent de l’arrivée annoncée de Kiiza Besigye à Entebbe alors qu’il avait été bloqué à Nairobi pour ne pas gâcher la fête. Effectivement sa crainte était justifiée. Le cortège de l’opposant avait ébranlé les cortèges de certains Chefs d’Etat dont le Nigérian Jonathan Good Luck qui n’a pas pu gagner le State House à Entebbe.

Ensuite, les absences remarquables de Paul Kagame et Pierre Nkurunziza qui se sont fait représenter.
Ce qui a fait jaser. Comme le faisait remarquer un diplomate, c’est quand même Museveni le grand frère qui fêtait son sacre. C’est lui qui avait aidé à asseoir le pouvoir de Kigali. C’est encore lui qui avait parrainé la candidature de deux voisins (Rwanda et Burundi) dans la East Africa Communauty. C’est avec le Burundi qu’il participe aux opérations de maintien de paix en Somalie, etc.

A cette absence qui a été vécue comme une rupture, il faut ajouter celle de Jacob Zuma. On sait ce que représente l’Afrique du Sud sur le continent. Pêle-mêle, on notait aussi l’absence de Dos Santos (Angola), François Bozize (RCA) dont le pays est envahi par la rébellion ougandaise de la LRA.

Enfin, l’absence de traditionnels amis et soutiens occidentaux du régime Museveni, les Etats-Unis et la Grande Bretagne. Certes vingt-cinq années de règne sans partage, c’est déjà suffisant mais est-ce que cela peut expliquer le « boycott » des amis du régime ?

Les raisons d’un « boycott » avéré !

Certains observateurs ont trouvé une explication à cela dans les dernières déclarations du président Museveni en faveur du guide libyen centre la communauté internationale. Il a osé le comparer à Nasser (Egypte), Nyerere (Tanzanie), Samora Machel (Mozambique) le qualifiant de vrai nationaliste qui se défend contre l’impérialisme et qui ne sera jamais une marionnette des Occidentaux.

Quant à l’absence de Paul Kagame à la cérémonie (il s’est fait représenter par Bernard Makuza, le Premier ministre), les divergences seraient dues aux accusations de part et d’autre de soutenir les rébellions. Museveni accuse Kagame de porter une main forte à l’opposant Kiiza Besigye dont la côte de popularité donne des insomnies au régime ougandais. Kagame, pour sa part, accuse son aîné de fournir de l’aide (indirectement) aux FDLR pour déstabiliser son pays.

Ces accusations, outre la guerre d’hégémonie que se livrent les deux sur le contrôle des enjeux des Grands Lacs, seraient-elles aussi graves pour boycotter pareille cérémonie ? Enfin, la colère des Occidentaux aurait pour cause, selon certaines sources, le double jeu que le régime Museveni joue en Somalie. D’une part, l’Ouganda à travers son armée participe aux opérations militaires d’imposition de la paix en Somalie avec le Burundi et d’autre part, on accuse la bourgeoisie militaire ougandaise d’entreprendre de juteuses affaires avec les opposants somaliens en leur offrant la formation para militaire par les société militaires privées (SMP) communément appelés Société de gardiennage.

Ce qui, aux dires de certains, serait une politique qui souffle le chaud et le froid et qui tire les dividendes de deux côtés par le sang.
Cependant, même si les relations entre Museveni et Kagame d’une part, et Museveni et les Occidentaux d’autre part sont en dent de scie, il serait hasardeux de croire qu’il a été lâché. Les absences à la cérémonie de son investiture sont une mise en garde et non une rupture. Museveni bénéficie encore du soutien occidental, ne fut-ce qu’avec la présence de ses troupes en Somalie, au sud Soudan, en RD Congo et en Centr’Afrique.

Nicaise Kibel’Bel Oka
Journal Les Coulisses

 

 

Vous pourriez être intéressé(e)

Avec des services de sécurité américanisés, Paul Kagame bafoue les droits de l’homme à sa guise
A la Une
0 partages191 vues
A la Une
0 partages191 vues

Avec des services de sécurité américanisés, Paul Kagame bafoue les droits de l’homme à sa guise

Jean-Jacques Karamira - 27 septembre 2017

[caption id="attachment_5124" align="alignleft" width="431"] Préparatifs US Army-Rwanda Defense Forces[/caption] Paul Kagame, président du Rwanda, a misé sur le bon cheval en se mettant au service du pays…

Faut-il condamner la négation des génocides?
A la Une
0 partages177 vues
A la Une
0 partages177 vues

Faut-il condamner la négation des génocides?

Anne Staquet - 21 septembre 2017

Faut-il condamner la négation des génocides ? Anne Staquet Professeur de philosophie Université de Mons Le MR vient de déposer à la chambre un projet de loi…

La déportation de Munyakazi est un échec moral et une occasion qui conforte P. Kagame dans la chasse à ses opposants politiques
A la Une
0 partages185 vues
A la Une
0 partages185 vues

La déportation de Munyakazi est un échec moral et une occasion qui conforte P. Kagame dans la chasse à ses opposants politiques

Gaspard Musabyimana - 21 septembre 2017

    L’article ci-après a été rédigé à partir d’un billet de Bill Zlatos, un écrivain indépendant vivant à Ross, USA. Léopold Munyakazi était enseignant dans un…

Les plus populaires de cette catégorie