RDC. Rencontre avec le M 23 à Kibumba. Les FARDC tombent dans le piège du Rwanda

Comme dans un rêve, nombreux observateurs n’en reviennent pas mais les images sélectionnées diffusées par les rebelles du M 23 montrent des officiers de la KDF (Kényans) et les FARDC très mal à l’aise dans l’antre du M 23 à Kibumba. Les rebelles du M23 portent même l’uniforme FARDC, eux qui se nomment ARC. Naturellement, cette humiliation relève de la ruse raffinée. Les faits se déroulent mardi 13 décembre 2022.

 

Selon une source fiable, lundi, une réunion se serait tenue avec la MONUSCO sur une éventuelle descente sur le terrain qui devait se limiter aux positions FARDC au niveau des Trois antennes conformément au point 9 de la Résolution du mini-sommet de Luanda. Curieusement, le lendemain, la EAC Force RDC s’est retrouvée avec les FARDC et le Mécanisme conjoint de vérification (sans la MONUSCO) seuls avec les rebelles du M 23.

 

Or, le communiqué de Luanda parle bien du Rwanda. Le piège tendu aux FARDC s’est refermé sur la RDC. A quoi consistait-il ? La réponse est simple. Le Rwanda sait que bientôt se tiendra à Dar-es-Salaam la réunion des chefs d’états-majors qui doivent questionner le communiqué final du mini-sommet de Luanda pour apprécier le niveau de mise en œuvre des résolutions.

 

En clair, la réunion de Dar-es-Salaam devra se pencher sur l’exécution du retrait ou non de l’armée rwandaise des localités de Rutshuru qu’elle contrôle. Dans sa ruse bien peaufinée, le Rwanda a créé un cadre pour faire passer le message qui consiste au refus d’exécuter les décisions de Nairobi. Pour que nul ne l’ignore, il a dû tourner le communiqué à son avantage en invitant le Commandant ad hoc du Mécanisme conjoint de vérification et le Commandant de la force régionale qui ne pouvait pas aller seul sans les FARDC. En clair, les FARDC se sont retrouvés sur place à Kibumba comme accompagnateurs. Contre leur volonté.

 

Les conditions inacceptables posées par le M23

 

Les représentants du Rwanda sous couvert du M23 ont posé des préalables traduisant leur volonté de ne pas quitter le sol congolais. Selon nos sources, ils ont posé cinq préalables qui, une fois satisfaits, leur permettront de se retirer des localités de la RDC.

 

1. Le M23 exige des garanties de sécurité pour les populations Tutsi aussitôt qu’ils se retireront.

2. Le gouvernement congolais doit répondre à la question : « se retirer pour aller où ? ». Le gouvernement congolais doit d’abord définir le critère des lieux identifiés pour le M23 avec engagement écrit qu’il ne va pas les attaquer.

3. Le M23 accepte de se retirer à la seule condition que les groupes armés qui appuient les FARDC (FDLR, NYATURA et autres) se retirent eux aussi avec des indications précises des lieux de leur cantonnement.

4. Le M23 ne doit pas se retirer avant l’arrivée d’une enquête internationale avec laquelle il va organiser les enquêtes sur le massacre de Kishishe.

5. La Force régionale et le Mécanisme conjoint de vérification doivent soumettre tous ces préalables au facilitateur (le président Uhuru Kenyatta) et obtenir une rencontre facilitateur –M23 pour des discussions franches.

 

Ces préalables chaque fois recyclés depuis l’époque de l’AFDL préfigurent le projet de balkanisation de la RDC. Il est important de souligner que la KDF (les troupes kényanes) a atterri à Goma plus en diplomate qu’en soldat privilégiant avant tout le dialogue que l’utilisation de la force. Ce qui est contraire à la volonté des populations congolaises qui ploient sous le joug du régime Kagame qui, par lui et à travers lui, fait la volonté des grandes puissances. Pour éviter de continuer à nourrir la naïveté sur le dessein (in)avoué de Kagame et Museveni depuis l’époque AFDL sur la balkanisation de la RDC, les FARDC doivent privilégier l’option militaire. On ne les a pas envoyés au front pour dialoguer. L’avenir de la RDC en dépend.

 

Nicaise Kibel’Bel Oka

 

source : lescoulissesrdc

 

 

Vous pourriez être intéressé(e)

Kizito Mihigo, un messager de la foi mais aussi un défenseur de la paix et de la dignité humaine
A la Une
0 partages120 vues
A la Une
0 partages120 vues

Kizito Mihigo, un messager de la foi mais aussi un défenseur de la paix et de la dignité humaine

Echos d'Afrique - 19 février 2024

Déclaration n°03/2024 – En mémoire d’un défenseur de la dignité humaine   Deux ans déjà que l’ami, le frère, le conseiller, le modèle inégalé Kizito Mihigo nous…

Kizito MIHIGO :  L’immortel
A la Une
0 partages355 vues
A la Une
0 partages355 vues

Kizito MIHIGO : L’immortel

Faustin Kabanza - 19 février 2024

L’homme est mort mais son art et son message sont bel et bien vivants.   Le chanteur rwandais très populaire, Kizito MIHIGO a été retrouvé mort en…

Guerre à l’Est du Congo. La RDC n’a plus droit à l’erreur au risque de disparaître comme Etat. Décryptage des événements de ce mois de ce février 2024
A la Une
0 partages1571 vues
A la Une
0 partages1571 vues

Guerre à l’Est du Congo. La RDC n’a plus droit à l’erreur au risque de disparaître comme Etat. Décryptage des événements de ce mois de ce février 2024

Emmanuel Neretse - 17 février 2024

Deux ans après l'invasion du Nord Kivu par les troupes de Paul Kagame sous la couverture d'un groupe terroriste dit M23, la guerre entre dans une phase…

Les plus populaires de cette catégorie