Victoire Ingabire persiste et signe. Le Rwanda n’est pas un pays sûr pour les demandeurs d’asile

Dans une tribune que lui a offerte le journal britannique The Guardian**, Victoire Ingabire écrit que le nouvel accord avec le Rwanda a été un choc pour les Rwandais. Le Rwanda n’est pas un pays sûr pour les demandeurs d’asile, titre ce journal.

 

Victoire Ingabire précise qu’elle a découvert le projet de transfert des demandeurs d’asile basés au Royaume-Uni vers le Rwanda en avril 2022, lorsqu’il a été annoncé. Étonnamment, cet accord n’avait jamais été discuté en public auparavant, et même depuis sa signature, il n’y a eu que très peu de débats à ce sujet.

 

J’étais parmi les rares à désapprouver publiquement le projet, mais je ne pouvais le faire que sur les réseaux sociaux et dans les publications et chaînes étrangères, car les médias locaux n’osaient pas me donner la plateforme. Il faut s’opposer à cette politique sur la base des faits. Le Rwanda n’est pas un pays libre car les droits politiques sont restreints et les libertés civiles sont restreintes. En outre, il reste l’un des pays les plus pauvres et les moins développés du monde et le pays le plus inégalitaire de la région de l’Afrique de l’Est. Toute personne transférée au Rwanda ne se verra pas proposer de véritable solution en raison de ces contraintes. En fait, en raison de ses conditions sociales et économiques, le Rwanda produit également des réfugiés.

 

Victoire Ingabire se pose pertinemment la question suivante : Comment les migrants, dont beaucoup ont souffert de traumatismes psychologiques, s’en sortiraient-ils dans un tel environnement et dans un pays qui est encore en train de se reconstruire ? La plupart de Rwandais sont en effet sensibles au sort de ceux qui sont contraints de quitter leur pays d’origine et seraient plus que disposés à les accueillir. En même temps, ils sont conscients de la réalité à laquelle ils sont confrontés dans leur pays. Les Rwandais avec qui je parle désapprouvent l’accord, mais ne veulent pas en parler publiquement par crainte des autorités.

 

Victoire Ingabire est l’exemple parfait qui illustre la situation désastreuse des droits de l’homme au Rwanda. Elle précise :

J’ai payé et je continue de payer un lourd tribut pour avoir exprimé des opinions qui remettent en question le discours du gouvernement rwandais. En 2010, je suis revenue au pays après mon exil aux Pays-Bas. J’ai été immédiatement arrêtée après avoir ouvertement contesté la politique de réconciliation mise en place au Rwanda suite au génocide de 1994. Henry Bellingham, alors sous-secrétaire d’État parlementaire pour l’Afrique, a déclaré que j’avais été arrêté sur la base d’accusations forgées de toutes pièces. J’ai été condamné à 15 ans d’emprisonnement par la Cour suprême du Rwanda.

 

J’ai fait appel de cette décision devant la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples (AfHPR) et j’ai été innocentée. Cependant, le gouvernement rwandais a refusé de reconnaître le jugement. L’Association du Barreau africain a adopté des résolutions appelant le gouvernement rwandais à respecter ses obligations internationales en référence à l’ordonnance de la AfHPR concernant mon cas, mais ce n’est pas le cas. J’ai purgé huit ans de prison, dont cinq en isolement. J’ai finalement été libérée grâce à la grâce présidentielle en 2018, avec notamment l’interdiction de quitter le pays sans autorisation. Je ne peux pas exercer mes droits politiques, faire inscrire mon parti politique ou rencontrer mes partisans – dont certains ont été mystérieusement tués ou ont disparu au cours des deux dernières décennies.

 

Mon histoire et celle d’autres personnes qui ont été harcelées, emprisonnées, contraintes à l’exil ou pire pour avoir défié le gouvernement, sont des preuves tangibles du manque de respect des droits humains au Rwanda.

 

Victoire Ingabire poursuit :

Le Royaume-Uni est l’un des partenaires de développement les plus importants du Rwanda et est clairement conscient des problèmes liés aux droits de l’homme dans ce pays. En janvier 2021, des responsables britanniques ont fait part de leurs inquiétudes quant aux restrictions persistantes des droits civils et politiques et de la liberté des médias au Rwanda. Pourtant, moins d’un an plus tard, le gouvernement britannique a choisi de conclure un partenariat pour le développement de l’immigration avec le pays. Lorsque la Cour suprême du Royaume-Uni a déclaré illégale la politique rwandaise en novembre, elle a cité parmi les raisons la situation des droits de l’homme dans le pays. La cour d’appel a également déclaré qu’elle n’était pas convaincue par l’acceptation sans réserve par le ministère de l’Intérieur des assurances du Rwanda, ni par le fait que ces assurances étaient suffisantes pour éliminer les risques réels de violations tant que les institutions à l’origine des violations passées restaient en place.

 

Après tout cela, il est choquant que le gouvernement britannique ait choisi de relancer son partenariat avec le Rwanda en matière de réfugiés. Il l’a converti en traité sur l’immigration et prévoit d’adopter un projet de loi qui, s’il est adopté par les législateurs britanniques, il sera confirmé que le pays est sûr. Je trouve ces approches infructueuses. À mon avis, la meilleure option serait que le Royaume-Uni réoriente ses efforts pour aider le Rwanda à améliorer sa situation en matière de droits humains.

 

Pour Victoire Ingabire, le Royaume-Uni, qui un des partenaires privilégié du Rwanda en matière d’aides bilatérales, ce pays devrait exhorter le Rwanda à mettre en œuvre des actions concrètes telles que la réhabilitation des hommes politiques inculpés dans le cadre de procédures judiciaires politiquement motivées et la libération des journalistes et des YouTubeurs emprisonnés pour avoir contesté le discours du gouvernement rwandais.

 

En utilisant son influence mondiale, le Royaume-Uni peut également mobiliser la communauté internationale pour soutenir et faciliter le dialogue entre le gouvernement rwandais et ses voix dissidentes, afin que des réformes garantissant l’inclusion politique, le respect des droits de l’homme et un État de droit efficace soient convenues et mis en œuvre.

 

Par l’intermédiaire du Groupe d’action ministériel du Commonwealth – un groupe dont le Royaume-Uni et le Rwanda sont actuellement membres – le Royaume-Uni peut plaider en faveur de solutions visant à améliorer les droits de l’homme au Rwanda. Le Royaume-Uni était déjà au courant de la situation des droits de l’homme, qui a récemment été signalée par sa plus haute juridiction. Ce problème ne peut pas être résolu simplement en adoptant un projet de loi déclarant le Rwanda pays sûr, mais seulement en s’attaquant aux véritables problèmes qui en font un pays dangereux. Toute tentative de transfert de demandeurs d’asile vers le Rwanda doit être stoppée jusqu’à ce que le Royaume-Uni ait aidé le pays à s’améliorer en matière de gestion des droits de l’homme, conclut Victoire Ingabire.

 

Victoire Ingabire Umuhoza est une chef de l’opposition rwandaise, militante pour la réforme de la gouvernance au Rwanda et chef du parti Dalfa Umurinzi.

——————————————————————

** Le présent article a été écrit sur base la publication de The Guardian : « The new ‘Rwanda deal’ was a shock to Rwandans. We know this is no place for asylum seekers », du 12/12/2023.

 

Vous pourriez être intéressé(e)

Rwanda. Retour sur l’élection présidentielle du 15 juillet 2024. La honte pour la démocratie.
A la Une
0 partages416 vues
A la Une
0 partages416 vues

Rwanda. Retour sur l’élection présidentielle du 15 juillet 2024. La honte pour la démocratie.

Vestine Mukanoheri - 21 juillet 2024

Les élections au Rwanda sont toujours marquées par une domination du Front Patriotique Rwandais (FPR) et de Paul Kagame, qui est au pouvoir depuis bientôt 30 ans.…

Retour sur le discours d’un prélat rwandais politiquement engagé
A la Une
0 partages911 vues
A la Une
0 partages911 vues

Retour sur le discours d’un prélat rwandais politiquement engagé

Max Segasayo - 4 juillet 2024

Un discours truffé de contrevérités   Je tiens à me joindre au concert des nombreuses réactions qu’a suscitées dans les media sociaux, un mot de circonstance extrêmement…

L’archevêque de Kigali, le cardinal Antoine Kambanda, cultive la culture du mensonge
A la Une
0 partages670 vues
A la Une
0 partages670 vues

L’archevêque de Kigali, le cardinal Antoine Kambanda, cultive la culture du mensonge

Tharcisse Semana - 3 juillet 2024

Après avoir fait publiquement l’éloge du dictateur assassin, le Général Paul Kagame qui dirige à bras de fer le Rwanda depuis avril 1994, et avoir nié le…

Les plus populaires de cette catégorie